Blogue 086 : Drôle de tolérance

Pierre Thibault

2017-09-02

Les grands médias (La Presse, Radio-Canada et TVA) à l’heure actuelle ne cesse d’employer le mot « tolérance ». Ce mot est presque toujours immédiatement employé pour signifier qu’on est contre le racisme, la haine et la xénophobie. Ce qui semble bien sûr être une très bonne chose. Mais au final, les grands médias n’expriment que leur intolérance face à ces trois idées. Mais, personne ne s’étonne de cette contradiction logique : que ce mot «tolérance» ne soit employé que pour immédiatement signifier ce qu’on ne peut pas tolérer. Et comment se fait-il que le mot « tolérance » soit glorifié de la sorte ? Par définition, une tolérance totale signifie une indifférence et une passivité totale. Chaque loi dans une société est une expression d’intolérance. Et cette intolérance est l’expression de nos lois. Lois qui sont nécessaires au bon fonctionnement de cette même société. Sans jugement, la tolérance devient un vice.

Ces derniers jours, les grands médias ont été très actifs à diaboliser le collectif La Meute. On parlait alors d’un groupe d’extrême droite et donc d’un groupe raciste, haineux et xénophobe. Bien que le nom La Meute fasse peur, je n’ai pas trouvé d’information permettant de conclure que ce groupe soit de la sorte : pas de discours ou de mots appelant à la violence et aucun geste connu qui pourrait paraître illégal. Rien. Alors, comment peut-on affirmer une telle chose sans faire de diffamation ? Simplement parce que le nom La Meute ferait peur ? Ou autrement, est-ce parce que le manifeste de La Meute exprimerait un point de vue d’extrême droite ? Si on consulte le manifeste de La Meute, on peut y lire que le groupe lutte contre l’Islam radical. Les grands médias devraient alors être en accord avec La Meute car eux aussi dénoncent abondamment l’islam radical. Par contre, quand il est question de La Meute et de l’islam, le groupe est toujours présenté par les grands médias comme étant contre l’islam. Le mot « radical », présent dans le manifeste n’est tout à coup plus mentionné. Même chose quand La Meute parle de s’opposer à l’immigration illégale comme elle l’a fait lors de la marche du dimanche 20 août : cette fois ci, c’est le mot « illégale » qui disparaît. A-t-on simplement comme objectif de démoniser ce groupe à tout prix ? Ou est-ce simplement parce que dès qu’un groupe manifeste un esprit critique envers l’islam ou l’immigration alors, il se doit d’être attaqué et ostracisé par les grands médias ?

Pourtant, si les grands médias sont aussi contre la haine et la xénophobie comme ils le disent, ils devraient être contre les grandes religions qui sont les championnes dans ce domaine. La haine et la crainte de l’Autre sont omniprésentes dans plusieurs religions, surtout les trois monothéismes abrahamiques (christianisme, islam et judaïsme). Ces grands médias se disent contre l’extrême droite mais, qu’y a-t-il de plus à droite que ces religions ?

Pourtant non, les grands médias sont des plus tolérants envers l’intolérance religieuse et extrêmement intolérants envers ceux qui dénoncent cette même intolérance. Ils opèrent comme une religion. La tolérance dont ils ne cessent de faire la promotion ne doit jamais être remise en question ou débattue. C’est une tolérance dogmatique et assommante.

Les grands médias sont devenus les défenseurs de l’extrême droite religieuse déguisés en gauchistes. Comme si la haine et l’intolérance était l’affaire exclusive des religions : seulement eux, ceux qui prétendent parler au nom de dieu, peuvent s’exprimer dans ce domaine et puisque cela se fait au nom de dieu, il ne peut s’agir que de tolérance, de paix et d’amour. C’est une dose de pornographie sentimentale que la raison ou la critique ne doit surtout pas gâcher. D’ailleurs, si l’on voit des appels à la haine ou des choses abjectes dans les textes dits sacrés alors, il s’agit d’une mauvaise interprétation ou de propos pris hors contexte. Il ne faudrait pas les interpréter de façon littérale. Comment faut-il alors les interpréter ? Seuls des savants sur ces textes sauraient le faire. Rendu à ce point, on se doit de reconnaître qu’il ne s’agit que de délire.

Le Code criminel canadien interdit le discours haineux contre un groupe identifiable mais il y a une exception importante pour la religion. L’alinéas 319(3)b) stipule que le discours est acceptable si :

il a, de bonne foi, exprimé une opinion sur un sujet religieux ou une opinion fondée sur un texte religieux auquel il croit, ou a tenté d’en établir le bien-fondé par argument;

Donc, sur un sujet religieux, le discours haineux est permis. C’est une garantie légale que le discours haineux est une exclusivité religieuse. Est-ce cette exclusivité que les grands médias défendent ?

Liens

2 commentaires sur “Blogue 086 : Drôle de tolérance
  1. Pierre Marchand dit :

    Dernier paragraphe : Si, comme certains le disent, l’athéisme est une religion, alors pourrions-nous impunément tenir un discours haineux envers des religions en vertu de cet alinéa ? Mais je préférerais invoquer la dernière possibilité : « a tenté d’en établir le bien-fondé par argument ». Est-ce que si je dis que l’islam est contre les droits de la femme en citant les versets coraniques appropriés, mon discours sera acceptable en vertu de cet alinéa ?

    • jean.meslier dit :

      Je dirais que c’est le bout de phrase « auquel il croit » qui cause problème et favorise les croyants. Est-ce que ce bout de phrase s’applique seulement à « sur un texte religieux », ou s’applique-t-il à « sur un sujet religieux » aussi ? Ce n’est pas clair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page