Les dix commandements des athées

Michel Caron

2017-07-17

  1. Tu ne tueras point ;
  2. Tu n’auras pas d’enfants si tu es pauvre (pour qu’ils ne soient pas exploités toutes leurs vies) ;
  3. Tu n’auras pas beaucoup d’enfants (pour ne pas créer de chômage) ;
  4. Tu ne surpeupleras pas ton pays ;
  5. Tu donneras un petit héritage à tes enfants lorsqu’ils atteindront l’âge adulte ;
  6. Tu n’endetteras pas tes enfants ;
  7. Tu ne mentiras pas aux tiens en leur faisant croire en un paradis ou à une autre vie après la mort ;
  8. Tu n’imposeras pas ta religion à tes enfants nouveaux nés et tu veilleras à ce qu’ils n’adhèrent à aucune religion avant d’avoir atteint l’âge adulte ;
  9. Tu ne laisseras pas l’éducation de tes enfants aux mains des religieux ;
  10. Tu ne laisseras pas les soins de santé des tiens aux mains des religieux.

Un petit extra avec ça ?

  1. Tu utiliseras des machines pour améliorer la condition de vie de ceux qui t’entourent ;
  2. Tu vivras dans un petit pays pour t’assurer de vivre dans une véritable démocratie ;
  3. Tu n’honoreras ton père et ta mère que s’ils sont honorables.
10 commentaires sur “Les dix commandements des athées
  1. Réal Boivin dit :

    Un athée n’a pas de religion alors il ne peut donc pas en imposer une à ses enfants. On pourrait dire au no.8: tu ne laisseras personne imposer une religion à tes nouveaux nés.

  2. Pierre Marchand dit :

    N’est-ce pas imiter un peu trop les religions que de vouloir encadrer toute l’activité humaine par 10 ou 14 ou même 100 commandements ?
    Les 10 commandements de la bible sont totalement inadéquats. Par exemple, on n’y interdit pas
    le cannibalisme, l’esclavage, le trafic d’humains, la torture, le viol, le génocide, la pédophilie, l’enlèvement, le travail des enfants, les prêts usuraires abusifs, l’oppression (totalitarisme), la cruauté envers les animaux, la bestialité (zoophilie), le trafic de stupéfiants, etc. Est-ce que tout ce qui n’y est pas est permis ?

    • Pierre Thibault dit :

      Pourquoi interdire le cannibalisme? Est-ce que ce ne serait pas plus décent que d’exposer des cadavres maquillés? À ce que je sache, il n’y a pas de danger à consommer de la chair humaine. On n’est pas habitué et sans doute pour cette raison que cela nous semble étrange mais exposer un cadavre est aussi bien étrange quand on y pense.

  3. Pierre Thibault dit :

    Au point 5, on pourrait ajouter « Autant pour filles et garçons ».

  4. Jocelyn Payette dit :

    C’est n’importe quoi. Des croyances gratuites pas plus différentes que celles que l’on peut retrouver dans les livres religieux, chaques points sont débatables.

  5. Fontaine dit :

    Du grand n’importe quoi ces  » commandements  » !
    La pauvreté, déjà un handicap, obligerait celui ou celle qui la subit à en subir d’autres ??? Pas d’enfants ? Pas trop ???
    Celui ou celle qui a se fait du fric, qui s’est enrichit sur la sueur des pauvres, ceux-là peuvent faire des enfants ???
    Pourquoi associé l’athéisme à ce tissu de stupidité ?

  6. Gilles Desabrais dit :

    Les commentaires sont tous justifiés. Tout doit être repris attentivement.

  7. Luc dit :

    C’est ridicule, une personne athée ne peut ni édicter, ni se soumettre à des COMMENDEMENTS

  8. Bonjour à tous,

    D’accord avec le fait de proscrire les « commandements » généraux, mais on peut édicter une liste minimale de « principes » généraux auxquels il faudrait absolument adhérer afin de pouvoir se considérer d’une part athée, d’autre part porteur d’une attitude de vie bénéfique à long terme à tout être vivant. Il faut une charpente solide commune pour qu’après se construisent des commandements personnels en cohérence avec l’ensemble.

    Si je voulais m’essayer à cette liste de principes, je proposerais :

    1. Développement obligatoire, dès le plus jeune âge, de l’esprit critique ;
    2. Interdiction d’imposer tout dogme par quelque manière que ce soit, à plus forte raison chez les enfants et adolescents ;
    3. Enseignement pluridisciplinaire et complexe (dans le sens d’Edgar Morin) des savoirs acquis par le matérialisme méthodologique (méthode scientifique), tout en expliquant le caractère consensuel et provisoire de tout savoir (ce qui n’enlève en rien sa pertinence ! cf. Guillaume Lecointre dans de nombreuses conférences en ligne) ;
    4. Respect des libertés de chacun tant que ces libertés ne portent pas atteinte aux libertés d’autrui ;
    5. Conscientisation d’appartenir à une communauté de destin étendue à l’ensemble de la Terre, à la biosphère dans son intégralité.

    Les points 1., 2. et 3. pourraient atténuer à moyen terme la propagation cognitive de toutes les fadaises religieuses, et à long terme l’affaiblissement politique et décisionnel des institutions religieuses. En outre, ces trois points ne s’opposent pas explicitement aux religions : il n’y a donc pas de confrontation brutale avec les croyants, il s’agit seulement d’une technique de libération de la pensée par propagation de l’esprit critique (et, oserai-je le dire ? par immunisation contre les maladies cognitives que sont les idées religieuses – cf. « Et l’Homme créa les dieux » de Pascal Boyer).

    Les points 4. et 5. répondent plutôt à l’angoisse dostoïevskienne : « Si dieu n’existe pas, alors tout est permis. » À mon sens, le souci n’est pas « tout est permis » mais : l’animal humain se permet tout… Or, sans verser dans un scientisme naïf, je pense à la suite de nombreux penseurs que l’ensemble des connaissances objectives peuvent permettent la survie de l’espèce humaine où l’ensemble des plaisirs surpassent l’ensemble des déplaisirs (vision utilitariste). Ceci dit, les connaissances objectives étant amorales, il convient de prendre des directions éthiques pour endiguer l’immoralité plausible des applications techniques.

    Il me semble, à l’heure où j’écris ces lignes, que de ces cinq principes peuvent découler tous les commandements intimes formulés par un athée : pour l’avortement, contre la surpopulation, contre la peine de mort, contre la guerre, pour l’euthanasie encadrée, contre les technologies mécanisant l’animal humain, contre le capitalisme tel que pratiqué actuellement, contre l’élevage intensif, pour une démocratie plus proche de l’anarchisme que de la ploutocratie, etc. La liste peut être aussi longue qu’il existe de choix possibles auxquels doit faire face un individu.

    Qu’en pensez-vous ?

  9. yassinejakson dit :

    VRAIMENT C EST BRAVO !!!!!!!! bravo je n ai rien a ajouter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page