Lettre ouverte à Amnistie Internationale

Jacques Légaré

2019-09-01

Amnistie internationale,

Vos longues années de défense des droits humains est votre gloire. Des centaines de héros de la liberté et des droits humains ont eu la vie sauve grâce à votre efficace et glorieuse action.

Nous l’interpellons de nouveau pour nous aider à sauver des milliards de personnes encore sous un joug que votre action et votre réflexion n’ont guère soupçonnées jusqu’à maintenant.

Nous pouvons vous comprendre. Qui a su résister à la propagande la plus puissante de tous les temps, qui a utilisé toutes les ruses, toutes les contorsions de la rhétorique, tous les leviers du pouvoir, toutes les ressources de l’argent et de la violence, toutes les compromissions et les dénégations, les bonnes actions d’autrui détournées à leur profit, les actes délictueux camouflés ou sanctifiés, la cruauté comme la flatterie ? L’avez-vous reconnue ? C’est la religion.

Nous voulons vous faire part de notre consternation à l’égard de votre position de passer outre le voile afin de défendre des femmes qui, il est vrai, pourraient être discriminées, voire insultées ou agressées par ce choix (volontaire ou imposé par la famille ou la tradition) du port du voile.

En effet, votre organisation s’est portée, à plusieurs reprises, à la défense de ce symbole emblématique de la misogynie religieuse la plus extrême. Un récent exemple est votre prise de position contre l’interdiction du port du voile intégral au Sri Lanka, sous prétexte que cela risquerait de stigmatiser les musulmanes. Il s’agit pourtant d’une mesure de sécurité tout à fait raisonnable.

Selon notre point de vue, Amnistie a été berné.

Nous souhaitons que vous preniez en considération nos arguments qui visent à vous convaincre que le voile n’est pas un objet à défendre mais à décourager. Jamais il ne faudra abandonner à son sort une femme stigmatisée par le port de ce voile, lui fut-il imposé par la force ou par manipulation. Nous vous demandons de défendre ces femmes tout autant que de les éduquer, de leur faire comprendre le sens historique et géopolitique de ce vêtement. Ainsi, de les en dissuader.

Après vous être vous-mêmes livré à la réflexion et à la lecture des grands démocrates et humanistes venant de ces pays traditionnels sans démocratie, nous vous demanderons de les faire connaître et lire à celles qui demandent votre protection et votre soutien.

Voici la liste de ces Lumières arabo-musulmanes qui ont lutté et qui luttent encore pour les grands principes que défend Amnistie international :

  • Djemila Benahbib (« Ma vie à Contre-Coran » et « Après Charlie »)
  • Karim Akouche
  • Nadia El-Mabrook
  • Rajab Al- Idreesi
  • Ghamem Al-Masarir
  • Omar Abdoulaziz
  • Yahya Assiri
  • Ensaf Haidar
  • Salwal Al-Zahrani
  • Rahaf Mohammed
  • Mona Eltahawy
  • Leïla Slimani
  • Kamel Daoud
  • Malika Favre

Amnistie en connaît sûrement d’autres qui, en outre, ont dû faire largement appel à votre aide urgente.

Il est impératif qu’Amnistie se démarque de trois graves accusations qui pourraient à terme lui être fatales :

1, être inculte en géopolitique pour appuyer ce voile de sujétion pensant porter secours aux femmes.

2, avoir été influencé, manipulé, voire investi et contrôlé, par de puissants et riches salafistes.

Cette technique du cheval de Troie ou de la 5e colonne est vieille comme le monde. George Washington lui-même y a goûté avec son adjoint Benedict Arnold passé aux Britanniques. L’Église catholique était passée maître dans cette technique : son crédo a infiltré les syndicats et les écoles (devenus « catholiques »), voire les partis politiques (le PLQ par Claude Ryan) et les partis nommément chrétiens « démocrates-chrétiens) ou à chef catholique affiché (François Fillion à la tête du parti Les républicains et Andrew Scheer au PCC).

En Occident, presque la moitié des instances démocratiques sont investies par un crédo qu’on veut faire passer comme respectable et allant de soi. Pire, ce crédo a toujours combattu la démocratie et les droits humains jusqu’au jour où les Lumières lui en ont imposé au 18e siècle le respect par la force publique. Il a y parfaitement réussi sa propagande dont vous semblez vous-mêmes victimes.

Investir les mouvements occidentaux influents afin de leur faire porter le message islamique est donc classique et souvent très efficace. Il a même contaminé la Ligue des droits et libertés (LDL) au Québec ! Elle joue l’autruche par un juridisme borné. Cette exhortation d’investissement ou d’abordage a même été rendue publique par les écrits de Tariq Ramadan, proche des Frères musulmans et aujourd’hui devant les tribunaux pour viol. Il a proposé, comme d’autres islamistes avant lui, cette tactique d’infiltration. Au Québec, la Fédération des femmes du Québec (FFQ), voire Québec Solidaire (QS), ont été assujettis de la même infiltration. Impossible en ces organisations d’avoir un débat public sur cette question.

Avec le voile, Amnistie est, dans ce cas de figure si problématique, contre-productive pour la cause des femmes.

Nous vous demandons de résister à l’argumentaire fallacieux de ceux qui se cachent derrière le concept de liberté et de droits humains : (« J’ai le droit de m’habiller à ma façon », « Ce n’est pas à l’État de dire à une femme comment s’habiller », « la liberté de la religion est un droit fondamental qui ne souffre aucune restriction » ,« la laïcité brime la liberté individuelle et la liberté de religion », « n’imitons pas les communistes qui briment la religion », « la religion est la source de notre morale personnelle », « nous sommes des victimes, victimes d’islamophobie, victimes de colonialisme, victimes de racisme ». Tous ces arguments sont fallacieux. Ils ont été démontés rigoureusement dans les écrits des Lumières arabo-musulmanes elles-mêmes.

En réalité, le voile est la stigmatisation à vie des femmes comme appartenant au cheptel conjugal de son mari, à leur sujétion aux mâles de leur famille et au corset permanent de sa communauté.

Si toute religion est variable dans ses rigueurs, elles demeurent toutes misogynes. Avec subtilité ou avec brutalité. C’est selon, mais toujours.

S’il y a une victime dans cette galère c’est, et ce sera encore plus, Amnistie :

3, Ce flirt avec l’oppression misogyne des femmes entache déjà et flétrira irrémédiablement votre organisation glorieuse comme la pédophilie l’a fait pour l’Église catholique. Votre passé si noble et votre présent si nécessaire seront déconsidérés pour avoir défendu l’indéfendable : un étendard ou un drapeau de ce fascisme qu’est l’islam-islamisme, comme nous le disent si fortement ceux qui l’ont connu en leur pays d’origine pour lui avoir résisté. De grands écrivains français ont pactisé avec le fascisme profane et ils ne s’en sont pas relevés (Brasillach, Céline). Au mieux, ou au moins pire, vous serez considérés par ces oppresseurs de femmes comme des « idiots utiles »

En tout respect, pour l’émancipation des femmes opprimées partout dans le monde, nous vous demandons de dénoncer le voile et de ne plus le cautionner sous prétexte de religion (mal connue) ou de liberté (mal réfléchie).

Jacques Légaré

2 commentaires sur “Lettre ouverte à Amnistie Internationale
  1. Jacinthe Noël dit :

    C’est bien expliqué, je n’ai rien à ajouter à part dire que je n’étais pas d’accord avec Amnesty sur ce point
    Je me suis demandé si ils n’étaient pas infiltrés par les frères musulmans.
    Merci de dénoncer

  2. Fouad dit :

    Excellent texte je vois déjà la similiude avec Quebec solidaire la gaugauche québécoise régressive et surtout le PLC
    Merci pour cette excellente critique❤️❤️❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page