Blogue 037 : Droits humains

Il faut lire la Charte, toute la Charte !

Jacques Savard, 2013-11-03

Opposants à la Charte des valeurs québécoises proposée par le Gouvernement du Québec qui décrivez l’interdiction de porter des signes religieux ostentatoires durant les heures de travail des fonctionnaires comme une atteinte « grave » à votre liberté de religion garantie par les chartes, lisez bien la Déclaration universelle des droits et libertés que vous invoquez, toute la Déclaration !

Votre diatribe laisse présumer que toute entrave à la liberté de religion est anticonstitutionnelle. En réalité, vous tirez cette conclusion parce que vous ne prenez pas la peine de lire les chartes jusqu’au bout et que vous présumez de l’absolue primauté de la liberté de religion. Vous faites comme vous avez l’habitude de faire avec vos livres saints, vous choisissez la phrase qui vous convient et de là vous construisez une fable dont la conclusion est tout à fait adaptée à vos fins politiques. Ce qui est inquiétant, c’est qu’un grand nombre d’intellectuels de la gauche jovialiste québécoise partage la même attitude religieuse, sans se poser d’avantage de questions.

Voyons ce que disent réellement ces chartes.

La réalité, elle, n’est pas si manichéenne. Tout n’est pas noir ou blanc, dans la vie comme dans les chartes. Voyons ce que disent réellement ces chartes. Je ferai ici l’exercice avec la Déclaration universelle des droits et libertés, mais il pourrait aussi bien être fait avec les deux autres chartes, canadienne et québécoise, pour arriver aux mêmes conclusions.

La Charte universelle des droits et libertés [1]

C’est l’article 18 de la Charte universelle des droits de l’homme qui protège à la fois les libertés de pensée, de conscience et de religion. L’article précise même des circonstances particulières où cette liberté peut s’exercer.

Article 18 : Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites.

Ça, c’est ce que l’Assemblée des évêques catholiques du Québec nous a présenté. Mais tout n’a pas encore été dit sur ce sujet. Il faut lire jusqu’au bout ! Même ce qui ne fait pas l’affaire des donneurs de leçons, pseudo démocrates et des autres apôtres de la liberté de religion. Il faut se rendre jusqu’à la fin. Trente articles ce n’est pas si long.

C’est à l’article 29, paragraphe 2, que la Charte revient sur le sujet. Le soulignement est le mien.

Article 29 : 2. Dans l’exercice de ses droits et dans la jouissance de ses libertés, chacun n’est soumis qu’aux limitations établies par la loi exclusivement en vue d’assurer la reconnaissance et le respect des droits et libertés d’autrui et afin de satisfaire aux justes exigences de la morale, de l’ordre public et du bien-être général dans une société démocratique.

La Charte universelle reconnaît aux gouvernements le pouvoir de limiter les droits et les libertés en vue d’assurer la reconnaissance des droits et libertés d’autrui ainsi que pour des raisons d’ordre public et de bien-être général. Les chartes québécoise et canadienne montrent les mêmes reconnaissances et les mêmes pouvoirs de limitation des droits et libertés.[2]

[…] la liberté de religion n’est pas absolue. Elle peut être limitée d’après la Déclaration universelle et les deux chartes canadiennes.

Les différentes chartes ne considèrent pas la liberté de religion comme absolue. Elle ne l’est pas et ne l’a jamais été. Il serait temps que la gauche jovialiste manichéenne québécoise en prenne bonne note : la liberté de religion n’est pas absolue. Elle peut être limitée d’après la Déclaration universelle et les deux chartes canadiennes. Une limitation partielle (signes ostentatoires seulement et pour une partie très restreinte de la population, les fonctionnaires provinciaux [les employés des secteurs public — et possiblement, dépendamment de la version finale du projet de Charte, parapublic — québécois]) et temporaire (durant les heures de travail seulement) correspond assez bien, me semble-t-il, à une « juste exigence pour le bien-être général ».

Il faut tout lire, jusqu’à la fin.

Pour le bénéfice de tous les pourfendeurs de mauvais démocrates, des donneurs de leçons de libertés ainsi que pour les lecteurs éclectiques de la Charte universelle, voici quelques autres droits, souvent plus critiques que la liberté de religion dans la Charte universelle des droits et libertés. J’ai résumé ces textes ci-après, car nos défenseurs de la liberté n’en font jamais mention dans leurs interventions publiques.

Comme vous invoquez la Charte universelle comme référence morale, je présume que vous l’acceptez dans son ensemble. Vous ne choisiriez sûrement pas seulement ce qui vous convient momentanément pour rejeter l’ensemble de la Charte plus tard, non ? Vous accepterez donc aussi sans restriction les articles suivants de la Déclaration universelle des droits et libertés.

Article 1 [1] : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. – Dans vos textes sacrés et vos règles, vos femmes sont bien traitées avec dignité et sont les égales de l’homme, n’est-ce pas ?

Article 2-1 : Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, … – Dans vos textes sacrés et vos théocraties, les autres religions, ou les non-croyants, ou les homosexuels peuvent bien se prévaloir de tous leurs droits et de toutes ces libertés, n’est-ce pas ?

Article 3 : Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. – Dites-moi que vous ne mutilerez plus vos jeunes filles et vos garçons pour leur imposer un stigmate permanent. Dites-moi que tous vos fidèles, et en particulier les femmes, pourront penser librement sans risque pour leur vie et que vous ne réclamerez plus la mise à mort des infidèles et des apostats !

Article 5 : Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. – Dans vos textes sacrés et vos théocraties, c’est bien le cas, n’est-ce pas ? Plus de lapidation, plus de mains coupées ?

Article 7 : Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. – Dans vos textes sacrés et vos règlements, c’est bien le cas, n’est-ce pas ? Vos femmes peuvent divorcer de leur mari aussi facilement qu’eux d’elles ? Si elles sont victimes de viol, vous allez les défendre au lieu de les emprisonner pour entorse aux mœurs sexuelles ?

Article 13 : Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. – Dans vos théocraties, vos femmes auront le droit de circuler seules et librement, voire au volant d’une auto ?

Article 16 : 1. À partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution. – Les mariages forcés d’enfants mineurs n’existent plus, n’est-ce pas ? Et la consommation de ses mariages avec des enfants prénubiles ? Et la polygamie ? Vous n’avez plus le droit de corriger vos épouses, voire de les tuer impunément ?

Article 16 : 2. Le mariage ne peut être conclu qu’avec le libre et plein consentement des futurs époux. – Dans vos religions, vous respectez bien ces droits fondamentaux, n’est-ce pas ? Encore une fois, plus de mariages arrangés d’enfants prépubères ?

Article 19 : Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. – Dans vos théocraties, vous respectez bien ces droits fondamentaux, en particulier envers les autres religions, les athées et les apostats, n’est-ce pas ?

Article 26 : Toute personne a droit à l’éducation… – Dans vos théocraties, vous respectez bien ces droits fondamentaux, en particulier pour les femmes ? Il n’y a plus d’agressions contre les jeunes femmes qui veulent s’instruire, n’est-ce pas ?

Il y a bien d’autres droits et libertés qui ne figurent pas dans cette énumération et pour lesquelles je pourrais poser des questions similaires. Mais j’anticipe déjà vos réponses à ces questions. Il vous faut d’abord défendre la liberté de religion qui protège si bien tous ces autres droits et toutes ces libertés, me direz-vous. Pour vous, la liberté de religion est prioritaire à tous ces autres droits que vos théocraties se font un plaisir d’ignorer ou d’abolir. Dites-vous bien que, pour moi, votre pratique de tous ces droits que vous oubliez allègrement reste la mesure de votre crédibilité à condamner la Charte des valeurs proposée au nom de la Déclaration universelle des droits et libertés.

Références

  1. Déclaration universelle des droits de l’homme, Organisation des Nations Unies
  2. Charte des droits et libertés de la personne du Québec : Article 3 et 9.1
    Charte canadienne des droits et libertés : Articles 1 et 2-a

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page