La Presse fait de la propagande antilaïque

David Rand

2019-09-27

Un article paru le 23 septembre 2019 sur le site web du journal montréalais La Presse fait une présentation très tendancieuse de la laïcité. L’article, intitulé C’est quoi, la laïcité ?, est tiré du webmagazine Le Curieux dont le but, selon La Presse, est d’expliquer l’actualité aux enfants. Mais l’explication de la laïcité que l’on y lit est très partisane.

Malgré son titre « C’est quoi, la laïcité ? », l’article ne fournit même pas une définition complète et convenable du terme « laïcité » Rappelons que la laïcité doit comprendre quatre éléments :

  1. l’égalité des citoyens et des citoyennes
  2. la liberté de conscience
  3. la neutralité religieuse
  4. la séparation entre l’État et les religions

Les mentions de ces principes se trouvent éparpillés dans le texte, mélangés avec des propos qui les contredisent parfois.

L’article ne parle que des croyants religieux — catholiques, musulmans, juifs, protestants, hindouistes, bouddhistes, sikhs — sans jamais mentionner les athées et les autres incroyants.

L’article prétend que la liberté de conscience se résume au « droit de croire » en ce que l’on veut, ce qui est très incomplet. En réalité, la liberté de conscience comprend aussi la liberté de ne pas croire, la liberté de s’affranchir de la religion, la liberté d’apostasier, la liberté d’expression, etc.

L’article déclare faussement que, au Québec, « tout le monde a le droit de montrer à quelle religion il croit en portant des signes distinctifs, même au travail. » Ce texte a été publié après l’adoption de la Loi 21 qui interdit le port de signes religieux par certains fonctionnaires. Les auteurs de ce texte, après avoir ainsi contredit cette Loi, ont la témérité de demander au lecteur son opinion de la Loi 21 ! De plus, cette déclaration est incompatible avec le principe (4) de séparation.

L’article déclare que, au Canada, « la liberté de conscience et de religion est protégée par la Charte canadienne des droits et libertés ». Cette assertion est plus que douteuse. D’abord, on confond liberté de conscience et liberté de religion comme s’il s’agissait de synonymes. Mais comme nous l’avons déjà expliqué, la liberté de religion n’est qu’une composante parmi plusieurs comprises dans la liberté de conscience. De plus, La Charte canadienne protège plus ou moins bien ces libertés. D’abord, la Charte fait la même erreur que le texte du Curieux en confondant conscience et religion, accordant ainsi une plus haute priorité à la religion. Deuxièmement, cette Charte débute par un préambule qui déclare « la suprématie de Dieu ». Ces deux aspects privilégient les croyants religieux et bafouent les droits des incroyants.

Pour résumer, ce texte de La Presse, au lieu d’expliquer la laïcité, prône la pseudo-laïcité dite « ouverte », comme celle proposée par John Locke, où les incroyants sont laissés pour compte, comme s’il n’existaient même pas, et où il n’y a pas de séparation entre l’État et les religions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page