Blogue 082 : Les immigrants pris en otage par l’islamisme

Pierre Cloutier ll.m

2017-02-21

Il ne faut pas confondre immigration et religion. Ce sont deux sujets complètement différents. Tous les immigrants au Québec ne sont pas musulmans et tous les musulmans ne pratiquent pas leur religion. Il y a cependant une petite minorité agissante et militante à l’intérieur de l’islam qui réclame des accommodements religieux et qui veut se soustraire à l’application de la loi en soulevant leur droit à la liberté de religion, qui est un droit individuel, pour en faire un droit collectif imposable à tous les québécois et qu’il ne faut pas confondre avec le droit de manifester sa religion par des signes ostentatoires, particulièrement dans les institutions civiques de l’État, comme la santé, l’éducation et la fonction publique.

La liberté de croyance n’a jamais été menacée au Québec. Jamais. On peut croire ce que l’on veut et l’État nous fiche la paix, contrairement aux pays musulmans. Mais on n’est pas obligé de le crier sur les toits partout et en tout temps et il y a des lieux de culte pour exprimer sa croyance en l’existence d’un être supérieur et d’un arrière-monde. Il y a une différence entre croyance et culte, mais la vraie spiritualité n’implique-t-elle pas une part de simplicité et de discrétion, au risque de devenir facilement de l’hystérie et de la théâtralisation, qui sont des caractéristiques du fanatisme, entre autres, religieux?

D’autre part, le port du voile islamique n’est pas une obligation religieuse dans le Coran, et le temps où doivent être faites les 5 prières quotidiennes musulmanes ni la façon dont elles doivent être récitées ne sont nullement précisées dans le Coran. Ces prières peuvent être fort bien récitées en dehors des heures de travail et il n’est pas nécessaire de se promener avec son tapis pour les faire. Toutes ces revendications islamistes font partie d’un chantage permanent imposé par le petit courant intégriste de l’islam, une très petite minorité à l’intérieur d’une minorité. C’est comme si les disciples de Raël exigeaient des salles de « relaxation » et « d’amour absolu » et le droit de porter la tenue blanche de leur prophète, avec ses bijoux ostentatoires à la gloire des Élohims sur les lieux de travail, y compris comme juges, policiers et gardiens de prison. Car à bien y penser, qu’est-ce qu’une « religion » sinon une secte qui a réussi?

Tout cela n’a aucun sens et est complètement ridicule. Et pourtant ce débat empoisonne la vie des québécois depuis au moins une dizaine d’années sous prétexte de ne pas déplaire aux « immigrants » en général et de faciliter leur « intégration » au Québec, au risque de passer pour des racistes, des xénophobes ou des islamophobes. Les « immigrants » sont instrumentalisés par l’islam intégriste. Tout cela est essentiellement POLITIQUE, n’a rien à voir avec la spiritualité et est le fait d’une poignée d’intégristes dont l’objectif est de détruire les bases démocratiques des sociétés occidentales pour les remplacer par des dictatures théocratiques, où Allah est le dictateur absolu, où il n’y a pas de liberté de conscience – droit de croire ou de ne pas croire- pas de séparation entre l’État et la religion et pas d’égalité juridique entre les hommes et les femmes. Le dogme musulman quand il est appliqué à la lettre est un dogme LIBERTICIDE. Les intégristes musulmans invoquent le droit à la religion pour étouffer et anéantir les autres libertés fondamentales, comme le droit à la liberté d’expression – toute critique du dogme musulman est dénoncé comme « islamophobe » – et le droit à l’égalité des hommes et des femmes, dont le voile islamique est le drapeau de sa négation.

Nous vivons vraiment dans un monde de fous furieux. Le premier ministre Philippe Couillard, qui dans un passé pas très lointain, est allé vendre ses services contre argent sonnant et trébuchant à la Barbarie Saoudite, un des pays les plus réactionnaires et despotiques de la planète, vient d’inventer un nouveau concept qui est celui de la « discrimination vestimentaire » essayant de nous faire croire, comme sa ministre de la Justice, que le voile islamique n’était qu’un « bout de tissu ». Il faut vraiment être de mauvaise foi pour dire pareilles sottises alors que tout le monde au Québec sait ce que cela représente, soit l’islam politique, l’islam revendicateur et l’islam liberticide.L’islam dans ce qu’il a de plus réactionnaire et rétrograde.

La femme musulmane qui réclame le droit de porter le voile me fait penser à une femme noire, qui reniant ce que Rosa Parks a fait en Alabama en 1965, voudrait revendiquer le droit de céder sa place à l’homme blanc et de retourner à l’arrière de l’autobus. TOUT CELA EST COMPLÉTEMENT DÉLIRANT ET LE MOT EST FAIBLE. Si les femmes québécoises qui se sont tellement battues pour le droit à l’égalité acceptent cela, alors le Québec est foutu.

Rosa Parks avec Martin Luther King, en 1954
Rosa Parks avec Martin Luther King, en 1954

Rosa Parks (1913 – 2005), est une femme afro-américaine qui devint une figure emblématique
de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis, … (Rosa Parks — Wikipédia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page