Actualités : Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie

Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie, Nadia El-Mabrouk, Professeur à l’Université de Montréal, membre de l’Association Québécoise des Nord Africains pour la Laïcité, Huffington Post, 2015-10-07

Qu’ont en commun les quatre phénomènes suivants ?

  • Le projet de loi 59
  • La récente motion contre l’islamophobie proposée par F. David et adoptée par l’Assemblée Nationale
  • Le massacre en janvier 2015 chez Charlie Hebdo, perpétré par des islamistes
  • Le cours Éthique et Culture Religieuse dans les écoles québécoises

La professeure Mabrouk nous explique très bien les liens entre eux. Voici quelques extraits de son texte :

Les consultations sur le projet de loi 59 viennent juste de s’achever en commission parlementaire, après que la partie 1 sur les discours haineux ait été vivement décrié par de nombreux intervenants et dénoncée comme étant un moyen de bâillonner la critique des religions. En particulier, Fatima Houda-Pepin s’est dite «estomaquée» par ce projet de loi qui «protège les islamistes radicaux au lieu de protéger la société contre eux».

D’autre part, des juristes éminents comme Julius Grey et Julie Latour se sont alliés pour dénoncer un «canon législatif» qui confère des pouvoirs d’enquête et de répression sans précédent à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ).

Il n’y a guère que les groupes se réclamant de l’islam, dont l’imam intégriste Salam Elmenyawi, qui se soient prononcés en faveur de cette loi. […]

Et voilà que l’Assemblée nationale vient de voter une motion contre l’islamophobie, un autre concept aussi confus que «discours haineux».

Un climat de censure et d’autocensure

À la suite du massacre des caricaturistes du journal satirique Charlie Hebdo par des islamistes, l’humoriste Lise Dion a retiré son monologue sur la burqa. Cette autocensure commandée par la peur peut aussi être le fruit de la rectitude politique, comme l’illustre […] le manuel scolaire […] pour la 5ème année du primaire du cours d’Éthique et Culture Religieuse (ÉCR).

[…]

Dans le cas de l’islam, les rédacteurs des manuels scolaires pour ce cours ont choisi de présenter une version rigoriste, en accord avec la tendance islamiste. Est-ce dû à l’ignorance et à l’absence de vision critique des concepteurs du cours et des manuels scolaires, ou bien à des conseillers adhérant à cette vision intégriste de l’islam?

Chose sûre, faire un choix pédagogique en faveur de la version rigoriste de l’islam n’est pas sans conséquence sur les jeunes enfants et sur le climat d’autocensure qui s’installe peu à peu au Québec. Le projet de loi 59 ne ferait qu’accentuer ce climat délétère pour la créativité et la liberté d’expression.

Considérer recevables par la Commission des droits de la personne des plaintes au sujet de représentations de Mahomet, comme cela a déjà été le cas en Alberta en 2006 pour la publication des caricatures danoises, reviendrait à conférer une légitimité morale aux auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo, une légitimation des propos tenus à l’effet qu’«ils l’ont bien cherché».

[…]

Montrer le visage de Mahomet n’est pas un discours haineux ni de l’islamophobie. Appeler au meurtre en raison d’une représentation de Mahomet, c’est bien cela le discours haineux.[…] Il ne faut pas confondre respect des croyants et respect des croyances. À moins que cette contrainte de respect des croyances ne soit imposée qu’à l’égard de l’islam? Va-t-on imposer à la population de ménager la susceptibilité d’une frange de croyants jugée plus frileuse face à la liberté d’expression? Si tel est le cas, c’est une attitude différentialiste à l’égard de l’islam, et paternaliste face aux musulmans. Ou alors serait-ce la peur qui pousserait au respect de cette injonction de non représentation de Mahomet imposée par des fondamentalistes dangereux? Il ne faut pas se faire d’illusions. Les menaces, les ultimatums et le chantage des intégristes ne s’arrêteront pas avec la fin de la représentation de Mahomet.

2 commentaires sur “Actualités : Mahomet, les discours haineux et l’islamophobie
  1. Pierre Thibault dit :

    J’approuve cet article.

    Ce qui me choque est de lire comment les choses sont présentées aux enfants dans ces manuels. On peut en lire un extrait sur l’image présentée dans l’article. On y parle de l’ange Gabriel qui apparaît comme si c’était un fait historique: aucune mention qu’il s’agit de fiction. Un peu plus loin, on glorifie l’idée de sacrifices en demandant aux enfants de parler de gens qui se sacrifieraient pour le bien aux noms des autres. De plus, on ne parle pas du tout des méfaits causés par ces dits prophètes comme s’il s’agissait d’une histoire sans heurt. D’ailleurs, on oublie de mentionner qu’ils ne sont prophètes qu’aux yeux des croyants des sectes concernées. Tout cela m’écœure profondément.

  2. Marco De Rossi dit :

    Respect des croyants et respect des croyances, il ne faut pas confondre les deux…

    En effet, les croyances (toutes) sont des conceptions faisant défaut de présenter quelconque aspect tangible, que ce soit au niveau de l’élaboration théorique portant une puissance explicative ou au niveau de l’observation. Les croyances n’ont aucune plausibilité ou crédibilité, de ce constat, elles sont totalement réfutables ou risibles. On doit en rire!

    Pour ce qui est de ceux qui font la promotion ou qui supportent de telles inepties, ils ou elles ne méritent pas notre approbation, pour le bien de la rationalité, et pour protéger le public, ces personnes devraient faire l’objet d’une rétractation pour action corruptrice de la raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*