Actualités : L’Égypte criminalisera l’athéisme

L’Egypte prépare une loi pour criminaliser l’athéisme, Delphine Legouté, Marianne, 2018-01-02.

Alors qu’une campagne contre l’athéisme fait rage, lancée par la direction générale des Fatwas, le Parlement égyptien va étudier un projet de loi visant à criminaliser l’absence de croyance en Dieu.

Les poursuites pour diffamation religieuse sont déjà légion en Egypte. La loi pourrait devenir encore plus répressive en criminalisant purement et simplement l’athéisme, soit l’absence ou le refus de toute croyance en un dieu.

Jeune Afrique raconte ainsi que le comité religieux du Parlement égyptien a annoncé la dernière semaine de décembre qu’un projet de loi était en préparation pour interdire l’athéisme. Le projet n’a pas encore été voté par l’Assemblée mais il a reçu l’aval d’Al-Azhar, la plus haute autorité religieuse sunnite. Le député qui porte le texte considère dans Al-Chourouk, un quotidien national, que l’athéisme est “un fléau qui se propage surtout au sein de la jeunesse égyptienne”. Il souhaite infliger des peines d’amendes et de prison contre ces “criminels” et surveiller Internet et réseaux sociaux.

[…]

Une mère perd la garde de ses enfants

Une campagne contre l’athéisme fait rage depuis quelques mois en Egypte après la publication d’un rapport anti-athés [sic] par la direction générale des Fatwas (sic). C’est dans ce cadre que, fin décembre toujours, une mère a été privée de la garde de ses deux enfants pour cause d’athéisme. Une décision sans précédent du tribunal des affaires familiales du Caire.

Un cas d’athéophobie extrême, dans un pays où le respect de la liberté de conscience est à peu près nul. Bien que l’apostasie ne soit pas explicitement criminalisée en Égypte, les apostats (ceux et celles qui quittent l’islam) risquent de sérieuses persécutions, par exemple des accusations de “blasphème” ou de “diffamation religieuse.” Des conséquences du fait que l’Islam est la religion d’État.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*