Actualités :
En France, un professeur dénonce la menace islamiste

Menacé de mort après avoir défendu Samuel Paty, un professeur témoigne, Idèr Nabili, LCI, 2021-02-07.

Professeur de philosophie dans un lycée de Trappes (Yvelines) depuis deux décennies, Didier Lemaire est aujourd’hui menacé de mort. Le 1er novembre dernier, deux semaines après l’attentat contre Samuel Paty, le professeur égorgé à Conflans-Sainte-Honorine, il a publié une lettre dans L’Obs. « Elle était adressée aux enseignants », explique-t-il sur LCI (voir vidéo en tête de cet article). « Il s’agissait d’un appel à protéger nos élèves de la pression islamiste, qui ne cesse de se renforcer dans certains quartiers. »[…]

Depuis, le professeur de philosophie vit sous escorte policière.[…]

Il appelle d’ailleurs ses collègues à s’exprimer à leur tour. « Tous les enseignants qui vivent cette situation comme la mienne devraient prendra la parole et dire ce qu’il se passe en France », estime-t-il. « Les enseignants vivent dans la peur. Un sur deux s’autocensure. »[…]

Le professeur décrit surtout une situation qui s’empire dans sa ville. « J’enseigne à Trappes depuis vingt ans, j’ai eu le temps de voir l’évolution de cette ville, de voir mes élèves se transformer », continue le professeur. « J’ai écrit une lettre au président de la République en 2018. Depuis, j’ai vu plus de transformation à Trappes qu’en 18 ans. […] Il y a 20 ans, la synagogue brulait, les juifs puis un peu plus tard les Portugais s’en allaient (de Trappes). Aujourd’hui, ceux qui s’en vont sont les musulmans modérés et les athées. Il n’y a pas un seul coiffeur mixte à Trappes. Les femmes maghrébines ne peuvent pas entrer dans un café. »

La situation en France est alarmante. Les islamistes et leurs sympathisants y sévissent de plus en plus. Pendant ce temps, la presse américaine dédouane honteusement les islamistes en accusant les Français — ou du moins leur gouvernement — d’intolérance.

Voir aussi :


Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*