Blogue 044 : La Charte est morte. Vive la Charte !

La Charte est morte. Vive la Charte !

David Rand, 2014-04-27

Lors des élections québécoises du 7 avril 2014, le gouvernement du Parti Québécois (PQ) a été rondement défait. Qu’en est-il de son projet le loi 60, la fameuse Charte de la laïcité ?

Avec la cuisante défaite du PQ aux élections récentes, la Charte laïque proposée par le gouvernement sortant est maintenant lettre morte. On serait tenté de conclure que la défaite du parti constitue une défaite définitive pour la laïcité, mais on aurait tort. Malgré l’opposition exagérée contre la Charte, cette dernière n’a pas été la principale cause – peut-être même pas une cause du tout – de la défaite. D’ailleurs, cette Charte en tant que mesure pro-laïque particulière peut très bien être morte, mais la laïcisation complète de l’État québécois – et de l’État canadien ! – demeure une question primordiale et non résolue, une question qui reviendra inévitablement alimenter sensiblement les débats de société à l’avenir. La laïcité est non seulement nécessaire, elle est bien populaire, y compris en dehors du Québec.[1]

La Charte constitue plutôt un « dommage collatéral ».

Des analyses des résultats électoraux révèlent que la défaite du PQ ne s’explique pas par un rejet de la Charte, ni par l’arrivée du magnat des médias Pierre Karl Péladeau dont la réputation risquait de ternir celle d’un parti qui se voulait progressiste. La défaite s’explique bien davantage comme rejet du projet souverainiste de ce parti.[2,3] La Charte constitue plutôt un « dommage collatéral ».

Il ne s’agit pas de sous-évaluer la gravité de la situation. L’adoption de la Charte aurait été une avance majeure pour la laïcité ; la disparition de ce projet est donc un revers important. L’élection du Parti libéral du Québec (PLQ) en tant que gouvernement majoritaire, un parti qui s’oppose dorénavant farouchement à la laïcité et qui a joui d’un appui important de la part d’intégristes musulmans[4], représente quand-même une victoire, temporaire du moins, pour la stagnation, le multiculturalisme et l’obscurantisme.

Il ne faut pas non plus oublier la nature de l’opposition à la Charte, une opposition qui s’est laissée aller à toutes les bassesses possibles dans son acharnement, faisant preuve d’une mauvaise foi extrême, qualifiant les laïques de racistes, xénophobes, intolérants, etc.

La question du crucifix à l’Assemblée nationale illustre bien l’incohérence de ceux qui se sont opposés à la Charte tout en se prétendant laïques. Or, la Charte n’a pas mentionné ce crucifix, ne spécifiant ni qu’il doit rester, ni qu’il doit être retiré. Toutefois, plusieurs anti-Charte se sont servis de cette question pour dénoncer la Charte comme étant insuffisamment laïque et ils l’ont fait avec leur malhonnêteté habituelle, car, à les écouter, on avait l’impression que la Charte avait spécifié son maintien. Comble d’ironie, nous avons maintenant un gouvernement qui a effectivement pris position explicitement pour le maintient du crucifix ![5]

Au moins la défaite du PQ permettra dorénavant de faire une distinction plus nette entre la politique partisane et la laïcité : c’est-à-dire que les ennemis de la laïcité pourront moins facilement brandir la hantise de la souveraineté comme arme tirée de leur arsenal idéologique. Toutefois, en tournant la page, il faut reconnaître le courage montré par le Parti québécois dans ce dossier, un courage dont les défenseurs de la laïcité auront grandement besoin à l’avenir. Aucun autre parti politique au Québec, et encore moins au Canada hors-Québec, n’a été si loin dans le sens de la laïcisation.[6] Qui sait si, à moyen ou à long terme, ce parti ou une autre formation pourra se retrouver au cœur de l’actualité politique en proposant un projet semblable ?

Tout programme laïque complet doit comprendre l’interdiction des signes religieux dans la fonction publique, y compris ceux portés par les fonctionnaires.

La Charte, telle qu’incarnée par le projet de loi 60, est morte. Mais les questions qu’elle a soulevées demeurent d’actualité et d’une importance capitale pour nos sociétes, notre qualité de vie et nos libertés. Tout programme laïque complet doit comprendre l’interdiction des signes religieux dans la fonction publique, y compris ceux portés par les fonctionnaires. Toute association qui se prétend laïque doit reconnaître qu’une telle interdiction est non seulement envisageable et raisonnable, elle est souhaitable et nécessaire pour garantir la neutralité religieuse de la fonction publique. Un exemple évident de cette problématique au Canada est le privilège accordé aux Sikhs dans la Gendarmerie Royale du Canada de se soustaire à l’obligation de porter le même uniforme (incluant le couvre-chef) que tous les autres.

Il faut continuer à critiquer l’essentialisme prôné par l’idéologie multiculturaliste, c’est-à-dire la fausse idée que la croyance et l’appartenance religieuses constituent un aspect essentiel et immuable de l’individu, faisant de chaque personne une prisonnière de la communauté dans laquelle elle a grandi et faisant fi de la liberté de conscience.

Finalement, il ne faut pas passer sous silence les positions prises pendant le débat sur la Charte. Si vous êtes membre d’une association qui prétend prôner la laïcité mais qui s’est prononcée publiquement contre la Charte et contre la prohibition du port de signes religieux par les fonctionnaires d’État au travail, je vous conseille vivement d’essayer de la faire changer de position pour au moins ne pas s’opposer à une telle prohibition à l’avenir. Mais si cela s’avère impossible, je vous suggère de reconsidérer votre adhésion à cette association-là. Il existe plusieurs organismes travaillant pour la laïcité et pour les valeurs des Lumières, soit au Québec, soit hors-Québec, des organismes qui ont donné leur appui à cette Charte, y compris le nôtre. Je vous demande de diriger vos énergies dans le sens de promouvoir la laïcité.

Liens

  1. « Almost half of all Canadians support Quebec’s plan to implement ban on religious headwear, symbols: poll »(Presque la moitié des Canadiens appuie le projet québécois de prohiber les signes et couvre-chef religieux, selon un sondage), Katrina Clarke, 2013-08-26
  2. « Déchiffrer l’élection de 2014 : L’éléphant dans la pièce », Jean-François Lisée, 2014-04-09
  3. « La ‘charte de la laïcité’ n’a pas nui au Parti Québécois », Daniel Baril, 2014-04-17
  4. « Le Conseil musulman de Montréal a émis des consignes de vote anti-PQ pour sa communauté », Caroline d’Astous, 2014-04-11
  5. « La défense du crucifix aidera à gagner des voix, selon des députés », Robert Dutrisac, 2014-01-28
  6. « I say ‘Vote PQ to save Canada’! » (Je dis : ‘Votez PQ pour sauver le Canada’ !) Tarek Fatah, 2014-04-01

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page