Blogue 072 : L’Église Unie du Canada facilite l’islam intégriste

David Rand

2016-06-29

Le 7 juin dernier, à 20h, un événement bien particulier a eu lieu au centre-ville de Montréal, sur la Sainte-Catherine. L’église St. James, en collaboration avec l’Association musulmane du Canada (AMC), a organisé sur le parvis de l’église un repas et une séance de prière, « Sous la tente du Ramadan », pour célébrer la rupture du jeûne au coucher du soleil.

Il y avait des haut-parleurs qui animaient l’événement, diffusant l’appel à la prière et des versets coraniques, et les passants étaient invités à participer. Il s’agit donc d’un événement public avec incitation à participer à une célébration religieuse, donc un événement prosélyte.

L’église St. James à Montréal est affiliée à l’Église Unie du Canada (ÉUC), une institution qui se vante d’être beaucoup plus ouverte, moderne et progressiste que la plupart des autres églises — c’est-à-dire qu’elle est beaucoup moins chrétienne que la plupart des chrétiens, moins chrétienne dans le sens d’avoir pris ses distances par rapport aux aspects les plus rétrogrades du christianisme. En particulier, l’ÉUC est très fière de son ouverture à l’égard des gais et des autres minorités sexuelles. Depuis 1988 l’ÉUC permet l’ordination de pasteurs homosexuels.

Pourtant, en tant qu’église chrétienne, l’ÉUC fait partie d’une très vieille tradition obscurantiste, misogyne, homophobe et arriérée à la base. Or, cette Église, plus d’un demi-siècle après sa fondation en 1925 et deux millénaires après les débuts de la tradition religieuse à laquelle elle appartient, a soudainement découvert que l’homophobie existe et qu’il faut faire quelque chose. Elle a donc démarré un processus d’auto-dé-homophobisation (si vous me permettez ce néologisme), c’est-à-dire le processus de guérir une maladie profonde dont elle-même et ses semblables sont la cause principale. Elle s’en vante, mais c’est grâce au militantisme des gais eux-mêmes que l’ÉUC a enfin été obligée de confronter son homophobie chrétienne, sans quoi elle ne l’aurait jamais fait.

L’Association musulmane du Canada, pour sa part, n’a pas du tout le même profil. Sur son site web, l’AMC indique qu’elle prend ses racines dans le mouvement revivaliste du début du XXe siècle dont l’aboutissement était les écrits de Hassan al-Banna et sa fondation des Frères musulmans, un mouvement politico-religieuse intégriste et anti-laïque. Ce mouvement, dont l’histoire comprend plusieurs épisodes de lutte armée, est considéré comme organisation terroriste par plusieurs pays. Or, l’AMC n’est pas les Frères musulmans, et on peut lire sur son site de nombreux appuis à la « modernité », au « pluralisme » et aux « valeurs canadiennes ». Toutefois, leur déclaration d’allégeance aux idées du fondateur des Frères musulmans n’a rien de rassurant.

Les prières de rue constituent du prosélytisme. Or, certaines personnes bornées ou de mauvaise foi rejetteront cette assertion sous prétexte que personne ne se convertira ni à l’islam ni au christianisme en conséquence de cet événement du 7 juin. Mais l’idéologie prônée par cet événement n’est pas tant l’une ou l’autre de ces deux religions, mais plutôt cette para-religion, le multiculturalisme, une idéologie qui lie chaque individu fortement à sa communauté ethnoreligieuse, de sorte que cette appartenance devient un aspect incontournable de l’identité de cet individu, que celui-ci le veuille ou non. Les gens qui ne comprennent pas ça sont déjà convertis au multiculturalisme, ce qui les empêche de constater ce prosélytisme évident.

Dans la pratique, le multiculturalisme équivaut au multi-confessionalisme et au communautarisme, à l’idée que rien n’est plus important que sa communauté de coreligionnaires croyant en le même ami imaginaire dans le ciel.

Ce multiculturalisme prosélyte ne doit pas nous surprendre chez l’Église Unie du Canada. L’angélisme chrétien et la « tolérance » outrancière — qui dans le fond facilite l’extrême intolérance — sont à la fois des marqueurs du multiculturalisme et des caractéristiques de la mentalité courante chez l’ÉUC. Après tout, elle est la plus importante église chrétienne protestante au Canada, ce qui la place au coeur de la gauche religieuse canadienne — une gauche régressive et islamophile.

Pendant la campagne électorale fédérale de 2015, lorsque la controverse autour du niqab faisait les manchettes, la modératrice (cheffe) de l’ÉUC, Jordan Cantwell, a faite une déclaration dénonçant la prétendue « islamophobie » des gens qui, très raisonnablement, voulaient que les couvre-visage soient interdits lors des cérémonies de citoyenneté. Son seul usage de ce terme déloyal, « islamophobie », suffit pour souligner la paresse intellectuelle de cette cheffe religieuse. Pire encore, accuser d’intolérance des gens ayant le simple désir de minimiser l’influence de cette idéologie d’extrême droite et très dangereuse qu’est l’islamisme, c’est de la stupidité volontaire.

Les prières de rue constituent non seulement du prosélytisme, mais aussi de la provocation. Le message qui est envoyé au public est ceci : l’espace public nous appartient, à nous qui prions, nous prenons notre place dans cet espace, c’est inévitable, toute résistance est futile. S’il y avait des passants d’origine algérienne — des réfugiés ayant fui l’Algérie dans les années 1990, à l’époque sanglante où l’extrémisme islamiste faisait des ravages — alors ils auraient sans doute été traumatisés par le spectacle de prières musulmanes ostentatoires sur la place publique. De tels actes sont les précurseurs d’actions politiques bien plus graves.

La religion doit rester une affaire privée. L’église St. James aurait pu faire cette activité conjointe à l’intérieur, ou bien derrière, loin de la rue. En faisant la célébration sur le parvis, elle a fait le choix d’entériner la provocation. La Ville de Montréal a-t-elle approuvé la tenue de cet événement ? A-t-on obtenu un permis de la Ville pour l’utilisation du systême de son qui imposait cette cérémonie religieuse à tous les passants sur cette voie publique ?

Même pas une semaine après cette célébration religieuse publique, l’attentat homophobe à Orlando a eu lieu (12 juin). L’église St. James a tenu un « Rassemblement de solidarité » une semaine après cette « tragédie ». Sur le site de l’Association musulmane du Canada on peut lire un communiqué de presse qui dénonce cette violence sans préciser aucunement ni les cibles (les gais) ni les motifs (l’homophobie religieuse, saveur musulmane) de l’attentat.

L’église St. James a-t-elle fait quelques vérifications auprès de l’Association musulmane du Canada avant de s’engager dans un partenariat avec cette dernière ? A-t-elle au moins demandé aux représentants de l’AMC si cette association respectait les droits de la personne — en particulier les droits des minorités sexuelles et des femmes — étant donné que l’attachement de l’AMC aux valeurs de l’intégrisme musulman laisse supposer précisément le contraire ?

Que vaut la prise de position contre l’homophobie dont l’Église Unie du Canada se vante, lorsque, de par ses agissements, elle donne son aval à une association si douteuse ? En quoi est-ce progressiste de dénigrer les gens s’opposant à l’extrémisme, comme l’a fait la cheffe de l’ÉUC ? Nous avons ici des exemples flagrants du phénomène où des croyants dits « modérés » ouvrent la porte aux intégristes.

Nous vous invitons à signer la pétition : « Arrêtons les prières de rue à Montréal, nous voulons vivre en harmonie! »

3 commentaires sur “Blogue 072 : L’Église Unie du Canada facilite l’islam intégriste
  1. Michel Caron dit :

    Le multiculturalisme nuit à la société en ce qu’elle crée la division au sein de la population et empêche son évolution. Il est fort probable que la Révolution tranquille n’aurait jamais pu se faire dans une société multiculturelle. Les exploiteurs et les petits chefs de clans de tous catégories le savent fort bien. Si ces exploiteurs devaient financer les partis politiques, quoi de surprenant à ce qu’il y ait des tentatives de répandre cette maladie antisociale. Pire: chaque minable petit chef de clan ne visant qu’à agrandir son propre domaine, il ne peut s’empêcher de promulguer des lois interdisant le contrôle des naissance ou la liberté sexuelle.

  2. Pierre Thibault dit :

    Excellent article dénonçant le multiculturalisme. La prochaine fois, il faudrait appeler la police pour cette diffusion de bruit non autorisé. Pourquoi la ville tolérait plus ces prières que la musique que pousse certains marchands sur la rue?

  3. cowboygf dit :

    on croit rêver!! n’importe quoi il faudra appliquer une laïcité de gré ou de force avant une guerre civile que ce soit au canada ou en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page