Blogue 096: Journées athées 2018, Varsovie, Pologne

David Rand

2018-04-13

2018-04-15, petites corrections d’orthographe

Fondation Kazimierz Łyszczyński

Récemment j’ai eu le plaisir de participer à la version 2018 des Journées athées organisées par la Fondation Kazimierz Łyszczyński à Varsovie en Pologne. Il s’agit de ma troisième fois, ayant assisté aux Journées athées en 2015 et 2017. D’ailleurs, je suis, depuis plusieurs années, membre du jury international qui choisit le ou la récipiendaire du Prix Athée de l’année, catégorie internationale. Il y a aussi un prix de catégorie nationale dont le ou la récipiendaire est choisi(e) par un jury polonais. La cérémonie de remise des prix s’est tenue le samedi 24 mars lors du banquet des Journées athées 2018.

Pour 2018, le récipiendaire dans la catégorie nationale polonaise est Alan Wysocki, athée, féministe et militant des droits humains, incluant les droits des athées, des femmes, des minorités sexuelles et d’autres.

Rahma Essid et David Silverman
Cliquer pour agrandir
Rahma Essid, Association des Libres penseurs (ALP) de Tunisie
David Silverman, président American Atheists

Dans la catégorie internationale, les trois finalistes étaient Karrar Hamza, athée irakien ex-musulman, féministe et militant des droits humains ; Faisal Saeed Al Mutar, fondateur du Global Secular Humanist Movement, chroniqueur chez Free Inquiry ; et David Silverman, président de American Atheists, auteur du livre Fighting God.

Cette année le gagnant dans la catégorie internationale est David Silverman. C’est dans les termes suivants que le Prix honore David Silverman :

« En tant qu’athée exceptionnel, il a contribué à l’expansion et au renforcement de la communauté athée aux États-Unis et dans le monde entier, et à changer la perception générale de l’athéisme et de la religion. Son athéisme militant et intransigeant aide les gens à comprendre ce que sont réellement les religions, les institutions religieuses et les privilèges religieux : des organisations corrompues qui vendent des mythes comme des réalités pour s’accaparer le pouvoir. Il a réussi à unir les athées américains et à organiser en 2012 le Reason Rally, le plus grand rassemblement d’athées de l’histoire. Sa visite en Pologne est appréciée comme une aide pour les athées polonais discriminés par le camp clérico-nationaliste au pouvoir. »

Exceptionnellement cette année, le jury a aussi décidé d’accorder un prix à un organisme pour sa contribution remarquable. L’Association des Libres penseurs (ALP) de Tunisie est le premier organisme d’athées légalement reconnu (25 octobre 2017) au Moyen Orient et en Afrique du Nord. Le président de l’Association a récemment été la cible d’une attaque d’intégristes islamistes lui laissant des blessures. Le jury a décerné le Prix à l’ALP pour :

« son courage et sa détermination, car c’est la première association non religieuse dans la région Moyen-Orient-Afrique-du-Nord qui défend les droits des athées, des minorités religieuses et sexuelles et soutient les mouvements féministes. C’est une réalisation historique de la communauté athée dans la région et une avancée considérable dans le domaine de la liberté personnelle et intellectuelle »

La Fondation a aussi décerné un prix spécial à l’auteur de ce blogue, un honneur inattendu et bien sympathique, en reconnaissance « des efforts continus dans le renforcement de la coopération internationale et de la solidarité des athées, en particulier avec les personnes discriminées ou persécutées. » Ce prix a été décerné par la Fondation Kazimierz Łyszczyński, non pas par le jury.

À la manifestation pour le droit à l’avortement Au rassemblement pour le droit à l’avortement
Cliquez sur une image pour l’agrandir
Manifestation et rassemblement pour le droit à l’avortement

L’événement Journées athées 2018 a débuté en fin d’après-midi, le vendredi 23 mars. Une table ronde au sujet de l’athéisme et des droits des femmes devait avoir lieu ce soir-là, mais les organisateurs ont décidé que des circonstances particulières exigeaient un changement à l’horaire. Une grande manifestation était prévue pour ce soir-là, dans le but de protester contre le projet de loi anti-avortement proposé par le gouvernement polonais catho-nationaliste et de droite. Au lieu de s’asseoir confortablement dans une salle pour discuter des droits des femmes, pourquoi ne pas descendre dans la rue avec des milliers d’autres afin de lutter pour ces droits ?

Nous étions quelque 50 000 manifestantes et manifestants. Nous avancions de par les rues du centre de Varsovie, nous arrêtant finalement pour nous rassembler devant l’immeuble où se trouvent les locaux du parti de droite Prawo i Sprawiedliwość (PiS ou Loi et Justice), qui détient actuellement le pouvoir en Pologne. Plusieurs intervenantes des Journées athées sont montées sur la scène devant le rassemblement afin de s’adresser à la foule, incluant Nina Sankari de la Fondation K. Ł., Jane Donnelly de l’association Atheist Ireland et Victoria Gugenheim, féministe et spécialiste en peinture sur corps.

L’horaire du lendemain, le samedi 24 mars, a débuté le matin par un film sur l’euthanasie et une table ronde au sujet du droit de mourir dans la dignité. Parmi les intervenant(e)s, il y avait Jean-Luc Romero et Micheline Claes. Ensuite, des événements à l’extérieur ont débuté au Monument Nicolas Copernic. Jamileh Nedai a pris la parole pour exprimer notre solidarité avec les Iraniennes qui se libèrent de leurs voiles et défient ainsi courageusement le régime islamiste conservateur qui les étouffe. Victoria Gugenheim a dirigé une performance mettant en lumière le sort des femmes polonaises aux prises avec la nouvelle législation anti-avortement draconienne proposée par le gouvernement.

Performance dirigée par Victoria Gugenheim Banderole portée par Rahma Essid et David Rand Reconstitution de l’exécution de K. Ł.
Cliquez sur une image pour l’agrandir

Alors, commença la marche athée annuelle à partir de la statue de Copernic, à travers les rues de la vieille Varsovie historique, se terminant à le vieille place de la ville où l’exécution de Łyszczyński a été rejouée. Kazimierz Łyszczyński, d’où la Fondation K. Ł. tire son nom, était un philosophe et aristocrate polono-lituanien et auteur du traité “DE NON EXISTENTIA DEI” (“De la non existence de dieu”) qui a été exécuté en 1689 pour cause d’athéisme.

À la suite de ces événements, le congrès s’est ensuite réuni à l’intérieur pour une série de discours, par une large variété d’individus, tous sur le thème « Nous, les athées ». J’ai moi-même fait une courte conférence intitulée « La nécessité morale de l’athéisme » dans laquelle j’ai expliqué comment les religions font la promotion de l’homophobie et de la misogynie, présentant ensuite le concept du djihad légal, une stratégie affectionnée par les islamistes, utilisant le langage des droits humains afin de miner les droits humains.

Mais le moment fort de cette série de discours a été la présentation passionnante par David Silverman de son « firebrand atheism », un athéisme résolu, audacieux et sans compromis. Il a critiqué et tourné en ridicule l’idée qu’il puisse rester encore le moindre doute concernant la complète fausseté de la croyance en dieu(x). En outre, il a souligné l’importance capitale de s’identifier par le terme « athée » plutôt que par d’autres épithètes insipides ou mal comprises telles que « humaniste » et « libre penseur ». Je résume son message ainsi : « Puisque je suis un véritable humaniste, je m’identifie comme athée, non pas comme humaniste. » L’efficacité oratoire et le dynamisme de David, ainsi que sa vision sans compromis de l’athéisme, nous ont rappelé pourquoi il s’est vu décerné le Prix Athée de l’année 2018 !

Les événements du samedi se sont complétés par le banquet annuel athée, tenu ce soir-là dans un restaurant du célèbre Pałac Kultury i Nauki (Palais de la Culture et de la Science) de Varsovie, au cours duquel les prix ont été remis.

La journée finale du congrès, le dimanche 25 mars, a été dédiée à des discussions sur plusieurs sujets, y compris la liberté de conscience dans divers pays, l’emprise de l’Église catholique sur le système scolaire polonais, la protection par l’Église des agresseurs sexuels en son sein et la menace catholique planant sur la liberté artistique dans le théâtre polonais.

Somme toute, des Journées athées très engageantes et réussies. Et l’année prochaine, lors des Journées athées 2019, on fêtera le 330e anniversaire de l’exécution d’une des plus importantes figures de l’histoire de l’athéisme, Kazimierz Łyszczyński.

5 commentaires sur “Blogue 096: Journées athées 2018, Varsovie, Pologne
  1. serge trottier dit :

    le premier commentaire est celui de david rand, j’ai lu rapidement, il me faudra y revenir plus attentivement, j’ai appris plein de nouvelles choses, bravo à notre david national, il est fidèle, merci à toi david. la preuve que la programmation est efficace l’habitant s’accroche à ses vieilles croyances, qu’il ne s’aperçois pas les effets néfastes que ça lui occasionne, les bandés sur leurs religions sont tous autant les uns que les autres des intégriste malsains. Quand est-ce que l’habitant verra le pauvre héritage qu’il laisse aux générations futures. merci de lire.
    manquant d’amour sur cette planète il faut que cette phrase soit contagieuse, diffuse au maximum : Je nous aime. je t’aime, je m’aime, je suis amour. ♥

  2. Pierre Thibault dit :

    Bravo pour ton prix David!

  3. Réal Boivin dit :

    Tu nous représente bien David et bravo pour ton prix.

  4. Gilbert Corniglion dit :

    Excellente recension. merci pour porter notre voix dans un pays affligé par le cathocrétinisme et ce qui va généralement avec : misogynie anti IVG, homophobie et anti judaïsme.
    Tu as tellement bien résumé Silvermann que je me serais vu moi-même exprimer son athéisme ferme et résolu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page