Blogue 134 : Petit dialogue : Nous naissons athées

Pierre Marchand

2022-01-19

Athée : Saviez-vous que tous les enfants sont athées à la naissance ?
Croyant : Euh. Non, je n’y avais jamais pensé. Mais non, certainement pas les miens.
A : Ah bon ? Alors ils sont nés baptisés et savaient leur prières ?
C : Non, c’est vrai et en y réfléchissant bien, je crois que vous avez raison. Mais nous nous sommes dépêchés de les faire baptiser.
A : Oui, les religions ont compris depuis longtemps qu’il faut corriger la situation au plus tôt.
C : Bien sûr, sinon s’ils meurent avant d’être baptisés ils ne pourront pas entrer au paradis.
A : Et ensuite, les bons parents catholiques, rempliront la tête de leurs enfants de croyances invérifiables. Ils les leur inculquent dès la petite enfance en même temps que les comptes de fée et le Père Noël. À un certain âge, ils leur diront qu’il n’y a pas de Père Noël, ni de sorcières, ni de fée des dents.
C : C’est bien, tout le monde fait ça.
A : Oui, mais le reste, le petit Jésus dans la crèche avec le bœuf et l’âne, les rois mages, les anges et les bergers, ils leur disent que c’est vrai, ils leur font faire la prière avant de se coucher. Ils leur enseignent le culte de Marie et des saints. Un peu plus tard, ils les culpabilisent avec la confession et le péché, le ciel et l’enfer et le Dieu qui voit tout, même leurs pensées, et ils les initient à la communion. Tout cela avant l’âge de 7 ans.
C : Bien sûr, c’est comme ça qu’on doit élever les enfants pour former de bons catholiques. Il faut leur donner la foi et qu’ils pratiquent les sacrements dès que possible. Comme la religion n’est pas une caractéristique essentielle de l’identité d’un individu, il faut l’inculquer dès le plus bas âge pour qu’elle le devienne en quelque sorte et aussi pour bien former les consciences.
A : Parlant de conscience, l’endoctrinement des enfanta n’est-il pas ce qu’on appelle du viol de conscience, du lavage de cerveau ? Pourquoi ne les laisse-ton pas grandir jusqu’à l’adolescence, et ensuite choisir leur croyance ou non-croyance ? Si leurs parents sont à la hauteur des convictions qu’ils professent et prêchent par l’exemple, les enfants ne seront-ils pas enclins à adopter leur foi sans endoctrinement ? Voyez ce qui se passe chez les musulmans. Certains parents organisent des cérémonies où leurs fillettes âgées de 9 à 10 ans font la promesse solennelle de porter le hijab toute leur vie. Et ces parents prétendent que c’est le choix de leurs filles. N’est-il pas un peu tôt à l’âge de 10 ans pour s’engager à vie ? N’est-ce pas un cas patent d’endoctrinement ?
C : Euh, sans doute, mais je crois que nous aurions pas mal moins de croyants si on attendait l’adolescence pour qu’ils choisissent.
A : En effet, les religions savent que les enfants sont malléables, qu’ils n’ont pas encore l’esprit critique, qu’ils vont gober n’importe quelle baliverne, et qu’ensuite il leur sera très difficile de s’en débarrasser. Chaque endoctriné est ainsi une garantie de revenus futurs pour le clergé.
C : Que vous êtes méchant ! Est-ce que vous n’exagérez pas un peu ?
A : À peine, mais rassurez-vous, c’est encore pire chez les musulmans.
C : Ah bon ?
A : Oui, chez les musulmans, dès le plus jeune âge on leur parle de Mahomet et de l’ange Gabriel, des faits et gestes gentils du « prophète », ainsi que des préceptes du Coran, certains le leur font même apprendre par cœur en arabe, on les initie à la prière 5 fois par jour quand mugit le muezzin, aux ablutions, au ramadan et à toutes sortes de rites comme : entrer dans la toilette du pied gauche et en sortir du pied droit, se torcher avec la main gauche, etc. On leur cache toutefois les faits et gestes cruels et sanguinaires de Mahomet. On leur parle plutôt du paradis et de l’enfer et d’Allah qui sait tout et voit tout, même leurs pensées. Plus tard, on leur enseignera que la science n’a pour but que de prouver la véracité des versets coraniques et d’autres faussetés du genre : la terre est plate, le soleil se couche dans une source boueuse (18 : 86), les étoiles sont des projectiles pour lapider les démons (67 : 5), etc.
C : J’ai de la difficulté à croire qu’ils croient à toutes ces choses en 2022.
A : Je ne sais pas s’ils y croient, mais certains d’entre eux considèrent le coran comme éternel, non créé, et la parole même de dieu.
C : Mais ça doit faire de bons croyants. Après tout, c’est le même dieu n’est-ce pas ?
A : Pas du tout puisque les musulmans nient la divinité de Jésus. Mais ce qui est certain c’est que ces enfants sont encore plus convaincus que les enfants catholiques que s’ils croient cela ils iront au paradis et que s’ils n’y croient pas ou en doutent, ils iront en enfer pour l’éternité. Leurs parents en sont tout aussi convaincus.
C : Insinuez-vous que ce sont ces parents qui sont responsables de ces pratiques ?
A : Oui, mais sans mauvaises intention. Les parents ne veulent pas mal faire. Bien au contraire, ils agissent pour ce qu’ils croient être le bien de leur enfant parce qu’eux mêmes ont été endoctrinés dans leur enfance.
C : Comme nous, alors.
A : Oui, malheureusement. Mais au nom de la liberté de conscience des enfants, ne faudrait-il pas abolir les cours de religion à l’école ? Déjà qu’ils sont contaminés par leurs parents, il faut limiter les dommages en ne les exposant pas à de la propagande religieuse.
C : Ouais, mais vous les athées, vous faites la même chose de votre côté !
A : Absolument pas ! Les athées n’ont pas besoin d’endoctriner leurs enfants puisque ces derniers sont athées en naissant. Sans endoctrinement religieux, ils demeurent généralement sains d’esprit. Et s’ils ont la chance d’être nés dans un pays non musulman, il ne seront pas persécutés, emprisonnés et torturés pour leur incroyance.
C : Oui, mais ils n’auront pas de morale, ils tourneront mal et deviendront des criminels ou seront de moins bons citoyens que ceux qui pratiquent une religion. Ils auront une conscience morale moindre qu’eux.
A : Jamais de la vie. Les statistiques semblent plutôt démontrer le contraire. Il suffit de comparer le taux de criminalité dans un pays très religieux comme les É.U. avec celui de pays moins religieux tels que le Canada, la plupart des pays d’Europe, l’Australie, la Nouvelle Zélande, etc., ou encore de constater le faible pourcentage d’athées dans les prisons.
C : N’y a-t-il pas quand même des enfants parmi vous qui se convertissent à une religion ou a une secte ?
A : Oui, hélas, mais c’est rare. Et dans ce cas, les parents athées ne les menacent pas d’une éternité de souffrance parce qu’ils ne pensent pas comme eux.
C : Je veux bien, mais je crois que ces parents iront en enfer avec eux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Imprimer cette page Imprimer cette page