Laïcité au Québec : questions pour les partis

Les élections au Québec étant prévues pour le 3 octobre prochain, le Rassemblement pour la laïcité questionne les partis politiques. Ce texte est paru dans le Journal de Montréal et à TVA Nouvelles, le 1er septembre 2022.


Nadia El-Mabrouk, au nom du Rassemblement pour la laïcité (RPL)

2022-09-01

En ce début de campagne électorale, le Rassemblement pour la laïcité (RPL) aimerait connaître les positions et les engagements des partis politiques en matière de laïcité, un sujet essentiel qui teinte presque toutes les politiques gouvernementales.

1) Loi sur la laïcité de l’État (loi 21)

Cette loi entérine le modèle québécois de laïcité. Elle s’appuie sur les principes de séparation de l’État et des religions, d’égalité des sexes, de neutralité religieuse et de liberté de conscience et de religion, qui font largement consensus. Pourtant, en raison de l’exigence minimale imposée à certains employés de l’État en position d’autorité de ne pas afficher de signes religieux dans l’exercice de leurs fonctions, elle fait l’objet, depuis son adoption en 2019, de contestations devant les tribunaux et d’attaques virulentes contre la majorité des Québécois et des Québécoises de toutes origines qui appuient la loi et son interprétation de la neutralité religieuse de l’État. Par conséquent le RPL voudrait savoir:

Question 1: Votre parti s’engage-t-il à défendre fermement la loi 21 et le modèle québécois de laïcité, cela tant par les moyens législatifs que judiciaires dont l’État québécois dispose?

Question 2: À quoi votre parti s’engage-t-il pour faire la pédagogie et promouvoir les principes qui sous-tendent la loi 21 comme source d’harmonie dans une société pluraliste et multiconfessionnelle, et de faire connaître le droit des Québécois et des Québécoises à des services publics laïques?

Question 3: Quels sont vos engagements pour bonifier la loi 21, notamment la partie de la loi qui précise la portée de la neutralité religieuse de l’État chez certains de ses représentants?

2) Éducation laïque

Le cours Citoyenneté et culture québécoise (CCQ) fera l’objet d’un projet pilote dès la rentrée scolaire dans une cinquantaine d’écoles primaires et secondaires du Québec, pour remplacer le cours Éthique et culture religieuse (ECR). Cela survient après plus de dix années de contestations du cours ECR par différents groupes de citoyens, notamment en raison de la place prépondérante qui est faite dans le cours aux rites, croyances et pratiques religieuses, sans laisser place au jugement critique sur ces questions. Dans la présentation du nouveau programme (CCQ), la laïcité de l’État est présentée comme un droit collectif au Québec, la religion n’est plus mise de l’avant comme principal marqueur de l’identité, et le développement de la pensée critique y occupe une place importante. Tout cela nous semble prometteur. Cependant, les différentes étapes avant l’implantation concrète de ce cours étant encore nombreuses et les réactions face à l’annonce du cours ayant été parfois virulentes, le RPL voudrait connaître votre position.

Question 4: Vous engagez-vous à soutenir et à promouvoir le remplacement du cours d’Éthique et culture religieuse par un cours renforçant l’éducation laïque et l’acquisition d’une pensée critique?

Au-delà de ce cours, le Canada, incluant le Québec, est marqué par un climat de censure, d’autocensure et de culture de l’annulation dont les effets sont délétères sur la liberté d’expression, mais également sur la liberté académique. Par ailleurs, la tentative d’assassinat de Salman Rushdie survenue récemment rappelle bien les dangers encourus par des citoyens, notamment de culture musulmane, qui osent s’exprimer contre les religions. Or, la liberté d’expression est une liberté fondamentale, prérequise pour assurer la liberté de religion et de conscience, qu’il faut protéger dans un État laïque. Malheureusement, au lieu de défendre la liberté d’expression, s’il est adopté, le projet de loi fédéral sur les discours et les crimes haineux rendra encore plus difficile tout propos pouvant être jugé blasphématoire par les croyants. C’est pourquoi nous aimerions savoir:

Question 5: Qu’est-ce que votre parti compte faire pour promouvoir et faire respecter la liberté d’expression, à commencer par le système scolaire québécois incluant les universités, y compris le droit de critiquer des pratiques ou des croyances religieuses?

3) Écoles privées religieuses

Un système d’éducation laïque vise, en tout premier lieu, à protéger la liberté de conscience des élèves à un âge où ils sont particulièrement influençables et vulnérables aux pressions idéologiques. En leur fournissant un cadre d’apprentissage neutre et exempt de pressions religieuses, on leur permet de développer leur propre jugement et vision du monde. Or, la Loi sur la laïcité de l’État ne s’appliquant pas aux écoles privées, rien ne permet, à l’heure actuelle, d’offrir aux jeunes qui les fréquentent la même protection en matière de liberté de conscience et de religion. C’est pourquoi le RPL aimerait savoir:

Question 6: Que proposez-vous pour assurer à tous les enfants du Québec les mêmes droits en matière de laïcité, et pour qu’ils ne soient pas exposés à des enseignements contraires aux valeurs fondamentales de la culture publique commune de la société québécoise dans toutes les écoles, y compris les écoles à vocation religieuse?

Question 7: Vous engagez-vous à lier les subventions données aux écoles privées et aux garderies au respect de la laïcité de l’État?

Question 8: Vous engagez-vous à retirer progressivement le financement des écoles et des garderies confessionnelles privées?

Question 9: Plus généralement, quels sont vos engagements en matière de privilèges fiscaux consentis aux communautés religieuses?

Merci pour vos réponses.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Imprimer cette page Imprimer cette page