Suzanne Bousquet, Les certifications religieuses

Compte-rendu par David Rand

2018-10-25

Ce texte est un compte-rendu incomplet de la présentation de Suzanne Bousquet, lors de notre réunion du 2018-10-13, au sujet des certifications religieuses.

Lors de notre rencontre du mois d’octobre, nous avons eu le grand plaisir de recevoir Mme Suzanne Bousquet, chercheure en agroalimentaire et auteure du livre Les certifications religieuses, Le business de la crédulité, pour nous faire une conférence informelle au même sujet. Sa présentation, ponctuée et suivie de nombreux commentaires et questions, a rempli complètement notre plage de trois heures, et je n’ai vu personne s’ennuyer. Une expérience à la fois enrichissante et inquiétante, étant donné le sujet. Je n’en ferai pas un compte-rendu exhaustif — ce serait impossible dans un court texte comme celui-ci. Je me contenterai d’identifier et de décrire quelques points saillants des propos de Mme Bousquet. Pour le reste, je vous invite à vous procurer son livre.

Les certifications religieuses
Cliquer pour agrandir
Les certifications religieuses
Le business de la crédulité

Un sujet tabou

Les certifications religieuses constituent, comme tout sujet qui touche de près ou de loin à la religion, un sujet dangereux, voire tabou. La militante laïque et écrivaine Louise Mailloux et le vétérinaire et député André Simard l’ont appris à leurs dépens lors du houleux débat autour de la Charte de la laïcité en 2014. Pour avoir utilisé l’expression « taxe religieuse » et critiqué l’abattage sans insensibilisation des animaux, les deux ont subi la vitupération, se faisant accuser d’antisémitisme et d’« islamophobie ». Nous connaissons la chanson.

Pourtant, les agences qui vendent des services de certification « religieuse » et les sociétés qui tirent profit de produits étiquetés casher ou halal sont des commerces. « Par conséquent, leurs activités devraient constituer un objet d’étude en soi sans que leur référence intrinsèque au religieux ne serve de repoussoir à l’examen approfondi des pratiques en cause », déclare Mme Bousquet. « Y a-t-il un domaine plus vital que celui de la consommation, du panier d’épicerie ? Que celui du monde économique? » En effet, c’est un sujet d’intérêt public, dont nous devons discuter.

Objection de conscience impossible

Nous vivons une époque de « consumérisme éclairé », où il est fortement conseillé à tout le monde de s’informer de la qualité et de la provenance de tout ce que l’on achète, et surtout de tout ce que l’on mange. Mais pour le halal et le casher, c’est impossible. Il y a un manque flagrant de transparence en ce qui concerne les certifications religieuses, surtout pour la viande.

Les logos qui indiquent une certification religieuse sont rarement mis en valeur et parfois absents. La majorité des acheteurs n’appartient à aucune des confessions concernées et ne remarque pas les sceaux. Pourtant les produits cashers et halals sont omniprésents dans les épiceries. Il est à peu près impossible de les éviter.

Casher et halal : Des inventions récentes

Mme Bousquet nous enjoint de ne pas confondre « cacherout » et « casher ». La cacherout est le code alimentaire prescrit aux Hébreux dans la bible hébraïque ; elle existe évidemment depuis des millénaires. Mais le casher est une instrumentalisation de la cacherout pour des fins de marketing, une invention moderne qui date de 1919. C’est un dénommé Joseph Jacob de la ville de New York qui a eu l’idée d’utiliser ce concept afin de tirer profit du marché de 1,5 million de juifs pratiquants dans cette ville.

Quant au halal en tant qu’outil de marketing, il est né vers 1979 en Iran lorsque Khomeiny proclame que les viandes importées d’Occident sont illicites et stimule ainsi l’établissement de chaînes de production à protocole islamique.

Le marché halal est un mariage parfait entre fondamentalisme et néolibéralisme. L’implantation du halal aux États-Unis a été facilitée par du mentorat de la part de Juifs suivant le modèle du casher. En Amérique du Nord, un rôle-clé a été joué par l’Islamic Food and Nutrition Council of America (IFANCA) une organisation ayant apparemment des liens avec les Frères musulmans. En Europe, plusieurs non-musulmans sont actifs dans le commerce, l’industrie et la certification du halal.

Casher et halal : Des instrumentalisations de normes d’une époque préscientifique

La cacherout, le code alimentaire traditionnel du judaïsme, comprend trois principes :

  1. Interdiction de manger certains animaux, par exemple le porc, et obligation d’abattage rituel ;
  2. Interdiction de consommer le sang, le nerf sciatique et le suif ;
  3. Interdiction de mélanger viandes et produits laitiers.

De plus, tout ce qui n’est pas interdit, c’est-à-dire impropre à la consommation ou « treif », est permis.

Le code alimentaire traditionnel de l’islam, pour sa part, est assez semblable, mais pas tout à fait pareil :

  1. Interdiction de manger certains animaux, par exemple le porc, et obligation d’abattage rituel ;
  2. Interdiction de consommer le sang ;
  3. Interdiction de consommer l’alcool.

Encore une fois, tout ce qui n’est pas interdit (« harām ») est permis (« halal »).

Dans les deux cas, il s’agit de normes d’une époque révolue, basées sur des référents, des superstitions et des conceptions erronées d’un autre temps, provenant de tribus des déserts de l’Antiquité, avant le microscope et avant la science moderne.

L’arnaque de remplacer le permis par l’interdit

Un élément-clé commun au casher et au halal, en tant qu’outils de marketing, c’est l’arnaque de remplacer la permission, quant aux produits non couverts par la norme, par l’interdiction. C’est-à-dire que, sous les deux normes, tout ce qui n’était pas explicitement interdit était par défaut permis. Mais avec le marketing moderne, tout ce qui n’est pas explicitement permis devient interdit. Cette supercherie est particulièrement flagrante dans le cas de produits non comestibles. Rappelons qu’il s’agit de normes alimentaires.

Des aliments qui n’étaient pas du tout touchés par les normes traditionnelles, par exemple les bleuets, se trouvent être actuellement les cibles de certifications religieuses. Nous trouvons aussi dans les épiceries et dans d’autres magasins du papier hygiénique, des essui-tout, des éponges et du savon vaisselle cashers ! De la même manière, les produits halals ne se limitent pas à l’alimentation, mais s’étendent au produits financiers, aux voyages, à la mode, à la pharmaceutique et quoi encore.

Suzanne Bousquet
Cliquer pour agrandir
Suzanne Bousquet

Les coûts financiers, sociaux et politiques

Il est difficile d’estimer le coût en argent que peuvent représenter les certifications cashères et halales, étant donné le peu de transparence en ce domaine. En ce qui concerne le coût refilé aux consommateurs, Mme Bousquet mentionne plusieurs chiffres, allant de 3 % jusqu’à 15 %, dépendant du secteur et de l’agence de certification. De plus, les commerçants et les producteurs subissent régulièrement une pression énorme pour se procurer, au coût de frais importants, des certifications religieuses afin de se conformer à un marché qui les éxige, malgré le fait que c’est souvent seulement une petite minorité de la population qui suit ces habitudes de consommation. Il y a souvent un effet domino, où les fournisseurs en amont doivent aussi être certifiés. Ainsi, toute la chaîne de production est affectée.

Pendant la présentation de Mme Bousquet, un individu dans la salle a fait la remarque que les coûts financiers de ces certifications religieuses doivent être très en decà des coûts faramineux de la corruption dans les gouvernements et dans le système global bancaire. Sans doute, mais il est évident que le problème ne se limite pas du tout à une question d’argent. Le vrai coût des certifications religieuses comprend aussi les implications sociales et politiques.

Le casher et le halal sont des moyens de renforcer le communautarisme, c’est-à-dire le repli identitaire des communautés religieuses sur elles-mêmes. Le halal est un moyen de conditionner les consommateurs musulmans : le bon musulman est celui qui opte pour des produits et services halals. Il s’agit d’une banalisation de la charia pour servir des intérêts mercantiles, que Mme Bousquet qualifie de « très mauvais souffle sur nos démocraties ». Le casher sert les exigences de la Loi hébraïque, tandis que le halal, la Loi islamique. Le casher et le halal sont « des normes commerciales et industrielles théocratiques. » La mentalité théocratique — irrationnelle, rigide, immuable et dogmatique, qui valorise la soumission aveugle — est incompatible avec la démocratie.

Récemment l’Indonésie a annoncé son intention de devenir, en 2019, entièrement halale, le pays au grand complet. Quel projet loufoque et liberticide ! Cela brime la liberté de conscience des incroyants, des croyants non-musulmans et même des musulmans qui préfèrent ne pas se plier aux exigences de cette norme.

Abattage rituel

Comme vous le savez sans doute, un des principaux problèmes que pose l’abattage rituel casher et halal est l’absence d’insensibilisation de l’animal, causant ainsi des souffrances inutiles. Mme Bousquet nous a rappelé que le « Bill of Rights » canadien, précurseur de la Charte canadienne actuelle et adopté par le premier ministre John Diefenbaker en 1960, comprenait une dérogation à insensibilisation préalable pour satisfaire aux exigences de certains Juifs pratiquants, accordant ainsi un privilège religieux et faisant une entorse au principe de l’universalité des lois. L’État fait la sourde oreille aux scientifiques, biologistes et vétérinaires.

Pourtant, plusieurs pays — Suisse, Danemark, Norvège — ont interdit l’abattage sans insensibilisation préalable et ce, par principe, car aucune conviction religieuse ne doit primer sur le bien-être des animaux. Dans d’autres pays, des tentatives d’interdiction se sont soldées par des échecs, face aux lobbys.

Le Halal et les anti-laïques

Une constatation très importante, surtout dans le contexte actuel où le nouveau gouvernement du Québec a annoncé son intention d’implanter plusieurs mesures laïques : il y a une forte intersection entre les lobbys des certifications religieuses et les forces anti-laïques. Restons vigilants.


Un commentaire sur “Suzanne Bousquet, Les certifications religieuses
  1. Micheline Rioux dit :

    Merci David pour ton excellent compte-rendu. Suzanne nous fait prendre conscience à quel point les religions se sont imposées dans nos assiettes; en 2018 nous mangeons selon la loi de la charia ou encore nous mangeons selon la loi juive (cette vérité passe presque inaperçue). Cette mafia religieuse alimentaire est une vraie escroquerie organisée (par ex. taxes religieuses $$$$) et par conséquent il est urgent que cette information soit divulguée au plus grand nombre et que nos droits de consommateurs avisés soient pris en considération à tous les niveaux (incluant domaine juridique). Merci à Suzanne pour cette excellente conférence et j’espère que nous serons nombreux à combattre et à remettre en cause ce business de la crédulité … c’est assez !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page