Le saviez-vous ? La gestion du Saint-Sépulcre à Jérusalem

Saviez-vous que la gestion du Saint-Sépulcre à Jérusalem est l’illustration parfaite du sectarisme intolérant, chicaneur et concurrent des institutions religieuses ?

Illustration parfaite du sectarisme intolérant, chicaneur et concurrent des institutions chrétiennes (entre autres sectes de ce genre) : leur gestion du Saint-Sépulcre (supposé tombeau du supposé Jésus) à Jérusalem intra muros (à peine 1 km2), situé dans la partie chrétienne, à l’intérieur des murailles en pierre de 4.3 km de long.
Cet édifice étant un haut-lieu du tourisme et de la foi, croyants et non croyants peuvent le visiter (aux heures et conditions strictes imposées) et se rendre compte de visu de ces rivalités très « terre-à-terre » dans un lieu hautement sacré et … divin.

Saviez-vous que :

  1. Les diverses dénominations chrétiennes (au nombre de 6 selon une hiérarchie peu égalitaire) sont présentes dans Le « saint »-Sépulcre, mais en ordre dispersé et en concurrence territoriale et symbolique : une sordide foire d’empoigne entre héritiers.
  2. Chacune occupe donc jalousement et est propriétaire unique d’un emplacement de la bâtisse : qui un escalier, qui un étage, qui une pièce, qui une chapelle, qui l’autre chapelle, qui un mur, qui un monastère, qui un dortoir, qui un passage, à chacun ses objets « sacrés » et leur symbolique, etc.… au centimètre près.
  3. Jusqu’à récemment, une bâche temporaire faisait office de toiture : les sectes ne parvenaient pas à se mettre d’accord depuis une éternité sur les détails matériels pour la (re) construction d’une toiture (architecte, contracteur, coûts et part de chacun à la dépense). C’est une guide israélienne qui mentionnait ce « détail » à la troupe de touristes dont je faisais partie vers 1995;
  4. En 2008, suite à un différend futile (mais sacré pour ces croyants en la même divinité), de violentes bagarres non armées (à part quelques objets à portée de la main) ont éclaté entre les moines de ces 6 sectes chrétiennes. Tellement violentes et passionnées, que ce sont des soldats israéliens juifs qui ont dû séparer les combattants et rétablir le calme (le calme, pas la paix): aucune excuse, aucun pardon, chaque secte a raison. Résultat : pas de morts, seulement des blessures parmi participants et intervenants.
  5. Le plus stupéfiant, c’est que ce sont deux familles arabes musulmanes hiérosolymitaines « de souche » qui possèdent depuis des siècles la clé de l’édifice chrétien et procèdent à l’ouverture et à la fermeture des lieux matin et soir et s’assurent du bon état.

Ce désolant spectacle de bataille rangée entre chiffonniers ne peut que faire ricaner le sceptique, l’incroyant ou le simple quidam étranger à la foi chrétienne: voilà une religion née sur ces lieux-mêmes qui parvient même plus à trouver un ciment pour gérer ses lieux les plus saints, recourt à des bagarres de cour de récréation pour des différends et doit recourir aux deux autres religions abrahamiques pour garder sa propriété et y assurer le calme.
Morale : difficile de croire qu’une religion millénaire est dotée du minimum de sagesse pour gérer les affaires du monde. Sans même mentionner les rapports conflictuels qu’entretiennent, depuis leur création entre elles les trois religions monothéistes issues de Pentateuque.

Si la planète est trop souvent à feu à sang, pas la peine d’imaginer les complots guerriers de méchants capitalistes pétroliers ou les manigances de marchands d’armes. La violence de ces religions et leurs incessants doctrinaires désaccords doctrinaux suffisent à expliquer la plupart des conflits et les massacres en cours ou passés.
L’étymologie populaire (Yéru – Salem proviendrait de « lieu, fondement » de « la paix » shalom-salem-salam) est aussi grossièrement trompeuse que « islam » voulant soi-disant signifier « religion de paix ». Y a-t-il eu jamais paix à Jérusalem en trois millénaires ?

Référence :


Tagués avec : ,
Un commentaire sur “Le saviez-vous ? La gestion du Saint-Sépulcre à Jérusalem
  1. Réal Boivin dit :

    Ces moines, toutes confessions confondues, ne vivent pas dans le réel mais dans un très petit monde sectaire. Ils considèrent d’une très grande importance leurs futiles problèmes.
    Il se passe la même chose avec les personnes qui ne sont au courant que du milieu où ils vivent sans jamais regarder ou lire des nouvelles internationales. Même chose pour les personnes qui n’ont aucune connaissance de l’histoire ni de la science. Ils s’imaginent que ce qui se passe sur la planète est nouveau et que l’humanité va s’écrouler. Ils s’accrocheront alors à n’importe quel gourou ou idéologie qui leur promettra un avenir radieux ou l’apocalypse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*