Blogue 126 : À la défense de la civilisation occidentale et de la science

Pierre Marchand

2021-11-17

Depuis quelques années, notre civilisation est attaquée par des courants idéologiques divers. On exige réparation ou alors on exige qu’elle demande pardon pour telle ou telle action de son passé. Les blancs sont coupables de tous les maux du monde : la pauvreté, les inégalités, le racisme, les changements climatiques, etc. Oui, la civilisation occidentale n’est pas parfaite, et a beaucoup de choses à se reprocher au présent comme au passé, mais je prétends que c’est la moins mauvaise de toutes.

En effet, n’est-ce pas elle la toute première dans l’histoire de l’humanité à interdire l’esclavage, à promulguer les droits de l’homme, à préconiser l’égalité homme-femme, à défendre les droits des LGBT, à abolir la peine de mort, à interdire la torture ? Héritière de plus de mille ans de pensée judéo-chrétienne, elle renoue avec les penseurs de l’antiquité et la culture gréco-romaine, et depuis les Lumières elle préconise la logique, la supériorité de la raison sur l’obscurantisme, la foi et les croyances, des faits sur les fictions. Elle a donné lieu à la naissance des régimes libéraux que nous connaissons. C’est la seule qu’on peut critiquer de l’intérieur sans encourir les sévices de l’État (qui ose critiquer la religion ou l’État dans n’importe quel autre pays du monde est vite incarcéré, rééduqué, torturé, etc.).

Notre civilisation a donné naissance à la science moderne qui en 200 ans a permis à l’humanité de passer de la calèche à l’exploration de Mars, de la plume et du parchemin au téléphone intelligent, et appris à contrôler l’énergie pour alimenter en électricité presque toute la planète habitée.

Qui dit mieux ? Nous devrions en être fiers plutôt que d’en avoir honte et de nous laisser culpabiliser par le wokisme et autres mouvances.

Le wokisme rejette la science comme étant une structure de pouvoir pour opprimer les faibles. Mais la science c’est la connaissance, observable et mesurable, c’est la vérité dans l’état actuel de ces connaissances et dans la mesure où l’humain peut atteindre la vérité, puisque tout ce qu’elle affirme est vérifiable. Elle observe, elle mesure. Elle ne cherche pas à opprimer, elle est le fruit de la curiosité humaine. Ce sont les politiciens (empereurs, rois, despotes, tyrans, dictateurs et dirigeants de toutes sortes) et les religions qui oppriment, pas la science. La remplacer par des théories de complot ou des élucubrations sans fondement ne résoudra pas les problèmes de l’humanité, bien au contraire. En tant qu’athées, nous rejetons les croyances religieuses, mais il faut éviter de les remplacer par des idéologies tout aussi fallacieuses.

C’est fou comment la confiance des gens envers la science quand il s’agit d’utiliser leur cellulaire, leur GPS ou l’internet s’évanouit lorsque ladite science s’avère contraire à leur opinion, leurs croyances ou leur idéologie. Ceci vaut autant pour les antivax, les anti-masques, les terre-platistes, les climato-sceptiques, les créationnistes, les occultistes et les wokes que pour les croyants. On utilise les outils résultant de la science pour dénigrer la science. C’est aussi illogique que de prendre un téléphone pour dire que la téléphonie est impossible.

5 commentaires sur “Blogue 126 : À la défense de la civilisation occidentale et de la science
  1. Réal Boivin dit :

    Excellent texte. Je propose à Pierre Marchand d’essayer de le publier sous la rubrique OPINION d’un média de masse. Il est possible qu’il soit accepté.

  2. Michel Caron dit :

    Excellent texte, effectivement ! Bravo, M. Marchand. En plein dans le mille !

  3. Leider dit :

    je suis parfaitement d’accord en ce qui concerne la place de la science dans le monde. En lisant votre texte à la gloire des sociétés occidentales je pensais quand même aux gamins qui exploitent, dans des conditions immondes, les minerais qui servent à produire nos portables, aux militants associatifs condamnés à de la prison chez nous, en France pour délit d’opinion etc. Ca me laisse un malaise…

  4. Claude Vaessen M.A. dit :

    À l’âge de 69 ans, je peux me relaxer dans mon fauteuil, lire un livre ou regarder la télévision d’un air détaché. Mais non, mes yeux d’historien de formation observe ce qui se passe et peut déjà entrevoir vers quelle catastrophe nous nous dirigeons. Le wokisme tend à nier toute pensée scientifique, qui décrit, catégorise, établit des distinctions, et donc des éléments de discrimination. Avant même d’acquérir tous ces outils, toute une jeunesse est prise dans la tourmante d’on obéissance à quelques points émotifs – l’écologie à la Greta, par exemple – et la logique rouge-verte prend son envol, plus on est radical, plus on est plausible. Quand Greta Thunberg veut nous assommer avec son « Hör till vetenskapet, det  » (« écoute la science »), cette adolescente, de surcroît diagnostiquée autiste, n’a aucune expérience de philosophie scientifique, elle lisait ce que lui communiquait Luisa Neubauer, des compilations émanant du GIEC, et le « vetenskap » s’arrête visiblement là !
    Or, une religion se base justement, et ce depuis le XIè siècle, justement sur ces « Valeur » d’obéissance obtue et de vénération morbide au nom d’un Dieu révélé depuis le VIIè siècle. Son livre sacré décrète une conquête mondiale et déclare le mécréant comme sous-homme à éliminer : l’Islam. C’est visiblement vers la que navigue cette Terre de fou !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Imprimer cette page Imprimer cette page