Blogue 128 : La fin de la civilisation occidentale ?

Pierre Marchand

2021-12-05

Si l’Occident veut être capable de se maintenir face à la Chine, il doit mettre l’accent sur les technologies et non sur les sciences sociales « woke ». Pendant que nos universitaires perdent leur temps à inventer des genres et des langages non genrés, à interdire des mots « offensants » et à ostraciser ceux qui osent différer d’opinion (culture d’annulation), les chinois, eux, produisent des ingénieurs et des scientifiques en énorme quantité. D’ici peu, ils surpasseront les américains non seulement au plan économique, mais surtout au plan technologique et au plan militaire. Ils ont l’avance dans le 5G et les missiles supersoniques mais ce n’est que la pointe de l’iceberg. Par exemple, ils sont passés maîtres en IA, en cyber technologies, en technologie des batteries et en énergie nucléaire. Avant ils copiaient, mais aujourd’hui ils innovent.

En 2016, la Chine a produit 4.7 millions de gradués en sciences et en technologie, l’Inde 2,6 million et les É.U. 568 000. La Chine investit 48% des investissements mondiaux en intelligence artificielle, les américains 38% et le reste du monde 14%. On voit mal comment l’Ouest va pouvoir conserver son avance technologique.

De son côté, la culture américaine est décadente, ce qui ne fait qu’accélérer le déclin des E.U. La valorisation de l’ignorance, le mépris des gens éduqués, le complotisme, le rejet des faits et de la science, l’argent comme seule vraie valeur, bref, ils courent à la catastrophe. La concentration de la richesse y atteint un niveau inacceptable.

De plus, les États-Uniens sont d’un narcissisme incroyable. Ils se croient le « Peuple élu de Dieu », et ils se réclament de l’exceptionnalisme américain. Ils se donnent comme modèle de démocratie, modèle qu’ils voudraient imposer à toute la planète. Et pourtant, ils ne sont même pas capables de tenir des élections honnêtes, sans tricherie. On redécoupe des comptés électoraux (gerrymandering), on essaye de décourager certains groupes (ethniques) d’aller voter, on invente de « faux faits » pour salir l’adversaire, on fait appel à l’aide de pays étrangers pour influencer le vote, on réduit le nombre de points de vote, on interdit le vote par la poste, etc., etc., etc. On commence même à intimider les journalistes. C’est ça, la plus grande démocratie au monde ?

Les É-U. ne valorisent pas suffisamment l’éducation, contrairement à la Chine ou à l’Europe. Oui, ils ont de bonnes universités et de bons chercheurs. Mais pas en assez grand nombre. Leur système d’éducation est trop coûteux et décourage beaucoup d’étudiants brillants. Malgré une constitution affirmant la neutralité religieuse et un nombre croissant de personnes qui disent n’avoir aucune affiliation religieuse, les religions continuent d’y exercer un pouvoir démesuré. Ces facteurs vont contribuer à accélérer leur déclin, particulièrement au plan technologique et militaire.

L’Europe représente l’autre bloc important de la civilisation occidentale. Mais elle a été affaiblie par les deux guerres mondiales et elle aussi est en déclin. On y assiste à un déclin démographique (le taux de natalité est très bas), à un déclin de l’innovation et elle est affaiblie économiquement et moralement par les flux migratoires. Le Royaume-Uni l’a quittée. Elle est en partie captive de l’URSS pour son alimentation en énergie. Elle aussi est infectée par l’irrationnel. Elle aussi est sujette à une concentration inacceptable de la richesse. L’UE prévoit la liberté de religion sans plus, et les religions continuent à y jouer un rôle important. En particulier on assiste à un rôle croissant de l’islam. Bref, ce n’est pas l’Europe qui pourra tenir tête à la Chine.

Les athées doivent-ils se réjouir qu’une dictature athée soit en voie de remplace des démocraties infectées par les religions ?


7 commentaires sur “Blogue 128 : La fin de la civilisation occidentale ?
  1. Réal Boivin dit :

    Beau résumé géo-politique.
    Les athées comme les croyants ne peuvent se réjouir de voir qu’une dictature qu’elle soit athée ou pas puisse s’installer et prendre de l’expansion dans le monde.
    L’humanité est entrée dans une autre période de grands bouleversements comme il s’en est toujours produite dans l’histoire. La civilisation occidentale qui est la plus grande civilisation de tous les temps en terme de nombre d’individu est arrivée à la fin. Elle est victime de sa démocratie où l’individu est devenu supérieur au groupe, à la nation. Elle produit maintenant des citoyens dégénérés qui ont comme projet sa destruction.
    Les droits universels de l’homme ont placé sur le même pied d’égalité tous les individus de la société. Les universités sont ouvertes à des débiles, des idiotes, des idéologues de la bêtise. Il n’y a plus de place pour le mérite ni pour l’intelligence.
    Darwin, dans son enseignement sur  » L’évolution des espèces « , nous a démontré que les plus forts gagnent et ont le privilège de se reproduire.
    Les nations occidentales féminisées à outrance qui accueillent et nourrissent des populations de barbares sanguinaires seront remplacées par celles-ci.

    • David Rand dit :

      Non, Réal, Darwin n’a jamais dit que l’évolution favorise « les plus forts ». Ce sont les espèces qui s’adaptent le mieux que survivent. La clef, c’est l’adaptation à l’environnement — surtout si ce dernier est changeant — et non la force.

    • David Rand dit :

      Réal, je viens de comprendre le problème.
      C’est un problème de traduction !

      Charles Darwin a écrit « survival of the fittest » (au fait c’est Herbert Spencer qui a pondu cette phrase). Mais quand on utilise Google Translate pour traduire cela en français, on obtient « la survie du plus fort » ce qui n’est pas exact. Le mot anglais « fit » veut dire plutôt « le mieux en forme » ou « qui convient le mieux » ou « le mieux préparé » etc. Dans le contexte de l’évolution, le plus « fit » c’est l’organisme qui fait la progéniture la plus nombreuse.

      • Réal Boivin dit :

        David, la force d’une espèce n’est pas seulement sa force physique. Ses capacités organisationnelles et d’adaptations à son environnement font partis des forces de l’espèce d’assurer sa survie.

      • Réal Boivin dit :

        De plus, une nation qui ne se reproduit plus est une nation qui meure.

        • Jason Duff dit :

          Aucun système politique ne va fonctionner, encore moins nos démocraties MOLLES, car le problème vient de l’espèce humaine. La faculté de raisonnement qu’a un être humain est gravement altéré par ses émotions ce qui l’empêche d’appliquer la logique ! Imaginer le bordel que ce seraient en Chine s’ils avaient une démocratie MOLLE comme nous ! L’être humain est
          incapable se se gérer lui même ! Et le fait de se reproduire comme de la vermine n’améliore en rien la situation, elle l’empire ! Ce n’est pas la crème des individus qui se reproduisent le plus car ils n’y voient aucun intérêt.

  2. Hean Thibaudeau dit :

    Par contre, toute dictature repose toujours sur une base fragile, et plus le pouvoir y est concentré, plus le bouchon est susceptible de finir par sauter.

    Si l’affaire Peng Shuai (par ex.) en venait à provoquer un boycott des J.O., qui sait ce qui se brasserait à l’interne par la suite? (Ce n’est encore qu’une hypothèse en ce moment, mais l’idée a regonflé ces dernières semaines.) La situation de la Chine est loin d’ëtre au beau fixe, présentement…

    Quant aux États-Unis, le ver était dans le fruit depuis leur début, mais c’est maintenant que les conséquences commencent à en transparaître le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Imprimer cette page Imprimer cette page