2021-07-10 : Nina Sankari, Pologne : La droite catholique à l’assaut de l’émancipation

2021-07-10

Conférence de Nina Sankari de la Fondation Kazimierz Lyszczynski, Varsovie, Pologne

« POLOGNE : LA DROITE CATHOLIQUE À L’ASSAUT DE L’ÉMANCIPATION »

Plus de trente ans après le début de la transformation, dite démocratique, pour laquelle se sont battus des millions en Pologne, nous assistons à un démontage (bientôt achevé) des institutions démocratiques, à la destruction de l’état de droit, aux violations des droits humains et des libertés fondamentales. La droite populiste national-catholique au pouvoir livre la guerre à la démocratie libérale et affiche ses goûts pour un régime autoritaire fascisant. La répression brutale des protestations des femmes contre l’imposition de l’interdiction totale de l’avortement et l’instauration des « zones sans LGBT+ » qui rappellent les pires pratiques nazi, constituent les instruments du pouvoir qui gouverne en semant la peur et la haine. Mais il ne s’agit pas uniquement de la guerre contre la démocratie, c’est une tentative de retourner la société dans une autre époque. La « reforme » de l’éducation transforme l’école en une « medresa » catholique qui vise à former des ignorants, des exécuteurs obéissants des ordres.

Comment on en est arrivé là ? Quel est le rôle de l’Église Catholique dans ce processus ? Quelles sont les forces de résistance et leurs perspectives ?

Présentation de la conférencière Nina Sankari
par David Rand

Bienvenue à cette vidéo-conférence de l’association Libres penseurs athées ou LPA, basée à Montréal, au Québec, au Canada. Je me présente : David Rand, président.

Nous, Libres penseurs athées, sommes convaincu(e)s que la visibilité publique des athées en tant qu’athées est d’une importance capitale. De plus, nous sommes d’avis que la franche critique des religions, de toutes les religions – de toute croyance surnaturelle –, est non seulement un droit citoyen mais une nécessité et un devoir.

Au meilleur de nos connaissances, notre association LPA est la seule association explicitement athée au Canada qui appuie la laïcité, la vraie, la laïcité qui comprend la séparation entre religions et État, qui appuie donc la Loi sur la laïcité de l’État au Québec. Nous sommes intervenus devant la Cour supérieure du Québec en appui à cette Loi.

Aujourd’hui j’ai le grand plaisir de vous présenter notre conférencière qui est une militante polonaise de renom et un grande amie, Mme Nina Sankari de la Fondation Kazimierz Lyszczynski à Varsovie, en Pologne.

Sa formation académique a été en philologie russe et en langue et civilisation françaises. Elle a été longtemps spécialiste au département de coopération internationale a l’Académie Polonaise des Sciences.

Nina est une militante laïque, athée et féministe, cofondatrice de plusieurs organisations féministes, laïques, libre penseuses et athées polonaises et internationales. Elle est cofondatrice et vice-présidente depuis 2013 de la Fondation Kazimierz Lyszczynski qui se bat contre la re-cléricalisation de Pologne et pour la liberté de conscience et d’expression partout, défendant les droits des femmes, des personnes LGBT, des athées et de toutes personnes discriminées sur la base des motivations religieuses.

Elle a écrit et traduit des articles pour plusieurs media polonais et aussi pour des médias étrangers comme ReSPUBLICA, La Raison et Charlie Hebdo. Elle est également cofondatrice et rédactrice en chef du trimestriel « Przegląd Ateistyczny » (Revue athée), le tout premier magazine athée en Pologne.

Nina Sankari a été invitée à de nombreuses conférences internationales sur la laïcité, le rationalisme, l’humanisme, l’athéisme et les droits des femmes à Paris, Lille, Toulouse, Londres, Cambridge, Dublin, Rome, Milan, Bruxelles, Oslo, Malmö, Göteborg, Helsinki, Tallinn, Budapest, Skopje, Beyrouth et Le Caire. Elle est l’initiatrice et coorganisatrice des Journées athées — un grand événement international qui se tient annuellement fin-mars à Varsovie, auquel j’ai personnellement assisté plusieurs fois.

En 2018, Nina a été choisie par le plus grand journal polonais Gazeta Wyborcza l’une des 50 femmes courageuses qui changent le monde pour le meilleur. Elle a aussi reçu le London Secular Conference Award 2018. Et en 2019, elle a été nommée pour le prestigieux prix polonais Okulary Równości (Lunettes d’égalité).

Alors, accueillons notre conférencière Nina Sankari qui parlera de « LA DROITE CATHOLIQUE À L’ASSAUT DE L’ÉMANCIPATION » en Pologne.


2 commentaires sur “2021-07-10 : Nina Sankari, Pologne : La droite catholique à l’assaut de l’émancipation
  1. Gilbert Corniglion dit :

    Le cas présent de la Pologne est un cas typique :
    1. là où une religion est forte ou se renforce, certaines libertés qu’on qualifiera de fondamentales, régressent ou sont à terme menacées;
    2. c’est une caractéristique commune, systémique des religions;
    3. dans le cas des versions chrétiennes – je les qualifierai de sectes – , cela se vérifie aussi bien maintenant en Europe centrale et orientale que partout tout au long de l’histoire;
    4. les cibles traditionnelles de ces sectes portent sur la liberté ou interdiction de questionner leurs dogmes, aussi stupides et déraisonnables qu’ils puissent être, et sur la licence ou la rigueur des règles qu’elles pensent avoir le droit d’édicter sur la sexualité humaine, aussi arbitraires qu’elles puissent être, la sexualité demeurant au cours de siècles la principale de leurs obsessions et de leurs perversions. Une religion, la catholique, qui s’est inventée un personnage légendaire semi divin, Marie, dont la particularité est d’avoir enfanté sans copulation sexuelle, cette religion donc, est particulièrement servie en interdictions, injonctions, démonisations de comportements sexuels qui sont donc autorisés, préconisés, interdits, diabolisés, criminalisés, pénalisés, etc…
    5. conséquence directe de cette obsession, la Pologne catholique entend bien rectifier les « licences » sexuelles accordées ou concédées par le marxisme athée (donc gravement amoral aux yeux de gens pour qui la morale ne peut émaner que de dieu). Avortement et sexualités « non bibliques » (euphémisme pour sexualités à visée non reproductive avec des partenaires de sexe opposé non liés par un lien sanctifié définitif) sont donc logiquement au programme d’une « restauration morale » rédemptrice.
    6. le proche avenir n’est plus à la libération des moeurs comme on l’aurait cru et comme le craignaient les croyants de toutes sectes. Avec la remontée mondiale des religions, il est à craindre que toutes les dérogations à leurs morales puritaines (adoption, polyamour, divorce, homosexualités diverses, statuts conjugaux divers, etc…) acquises malgré elles – et contre elles – lorsqu’elles étaient affaiblies, seront rétablies, restaurées à mesure qu’elles retrouveront leur ascendant. Dans ce cas, on ne serait plus dans une mouvance « Peace and Love », « Jouir sans entraves » et « Interdit d’interdire » utopiques étaient en voie de réalisation mais, au contraire dans une dystopie semblable à « La Servante Écarlate ».
    7. Dans ses entrevues, Margaret Atwood dévoilait qu’une partie de sa fiction « Servante Écarlate » résultait de ses voyages dans des contrées où misogynie et puritanisme étaient encore la norme.
    8. L’avenir est-il cette dystopie ?

  2. Gilbert Corniglion dit :

    Pour enrichir un débat en cours d’un bout à l’autre de l’Europe, il faut consentir à bien comprendre les mots de Mme Sankari : elle dit bien que c’est la droite chrétienne polonaise qui est présentement « à l’assaut de l’émancipation », et non pas des « wokes », ni des racisés, ni racisées, ni de gauchistes furibards, ou autres démons rescapés des Lumières. À propos des Lumières, elle dit bien l’inverse en mentionnant l’écho émancipateur des Lumières françaises du XVIII è jusqu’en Russie en passant par la Pologne. Un héritage menacé, lui aussi.
    Bref, quant à inviter des athées et laïques francophones étranger.e.s, mieux vaut écouter et s’enrichir de ce qu’ils-elles pourraient nous apprendre en termes de laïcité-émancipation. Sinon, ce serait plus pratique de se bloquer un abonnement à vie à Nomos.tv et autres identitaires tellement imbibés de cathochristianisme qu’ils tirent à bout portant sur tout ce qui pourrait leur paraître « progressiste ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

Imprimer cette page Imprimer cette page