Actualités :
Questions du RPL aux partis politiques fédéraux

Chef fédéraux

Le Rassemblement pour la laïcité (RPL) interroge les partis

Quels engagements en matière de laïcité ?, Claude Kamal Codsi pour le RPL, La Presse, 2021-08-24.

En vue de l’élection fédérale du 20 septembre 2021, le RPL a posé six questions importantes aux partis politiques :

  1. À quoi votre parti s’engage-t-il au sujet de la reconnaissance du droit fondamental du Québec d’établir sa propre vision du rapport entre l’État et les religions, qui s’inscrit dans son parcours historique singulier et s’incarne dans la loi 21 ?
  2. Vous engagez-vous à ne pas vous ingérer dans la cause de la contestation devant les tribunaux de la loi 21 ? En particulier, vous engagez-vous à ne pas appuyer, ni financer, directement ou indirectement, les opposants à cette loi démocratiquement votée par l’Assemblée nationale du Québec ?
  3. Vous engagez-vous à défendre le Québec lorsqu’il est odieusement attaqué dans le reste du Canada et faussement accusé de promouvoir des lois racistes, discriminatoires et islamophobes, qui viseraient des groupes, des communautés ou des religions en particulier, alors que la Loi sur la laïcité de l’État s’applique également à tous les citoyens, à toutes les religions et qu’elle est de portée universelle ?
  4. Vous engagez-vous à présenter un projet de loi visant à abolir le statut d’organisme de bienfaisance pour motif de promotion de la religion, soit la troisième catégorie des organismes considérés aux fins de bienfaisance ?
  5. Vous engagez-vous à présenter un projet de loi visant à abroger l’article 319 (3) b) du Code criminel, soit l’exception accordée aux croyants, qui sont exemptés des sanctions prévues par la loi en cas d’incitation publique à la haine ?
  6. Quelles sont vos propositions pour que la critique légitime des religions ne soit pas considérée comme un discours haineux ?

Les réponses en date du 7 septembre 2021 des partis

Parti politique Réponse aux questions du RPL
Parti libéral du Canada AUCUNE RÉPONSE
Nouveau parti démocratique AUCUNE RÉPONSE
Parti vert AUCUNE RÉPONSE
Parti
conservateur
« Les conservateurs du Canada vont : […] Respecter les compétences de l’Assemblée nationale du Québec en n’intervenant pas et en n’offrant pas de financement fédéral aux contestations judiciaires de la Loi 21. »
Bloc
québécois
Réponse à chacune des six questions :

  1. « Le Bloc Québécois est le seul parti sur la scène fédérale à avoir toujours défendu la Loi 21. Nous appuyons pleinement le désir du Québec d’avoir un État laïque et nous dénonçons le fait que le Canada ait appuyé des contestations judiciaires d’une loi légitime de l’Assemblée nationale du Québec. Les autres partis – en dénonçant la Loi 21 – ont contribuer à accentuer la haine du Québec dans le reste du Canada et ont nui à la réputation du Québec à l’international. »
  2. « Oui. Nous dénonçons fermement le fait que le programme de contestation judiciaire ait été confié à l’Université d’Ottawa, une université qui a démontré à maintes reprises qu’elle légitimise le mépris de la nation Québécoise et adopte une politique de deux poids deux mesures lorsqu’il s’agit du Québec. Le programme de contestation judiciaire – qui a démontré son utilité pour défendre les minorités francophones – doit être confié à d’autres personnes moins partisanes et hostiles aux aspirations légitime du Québec. »
  3. « Oui, le Bloc Québécois défend farouchement le Québec et c’est d’ailleurs l’un des principaux points dans notre plateforme. Certaines personnes dans le Canada anglais n’ont aucun scrupule quand vient le temps d’accuser le Québec de tous les maux. On associe une tuerie en Ontario à la Loi 21, on accuse les Québécois d’être racistes, on accuse la loi 101 d’être liberticide, etc. Nous allons poursuivre notre défense tous azimuts du Québec et nous allons dénoncer chacune de ces accusations injustifiées afin de défendre la réputation du Québec. »
  4. « Au Bloc Québécois nous prônons farouchement la laïcité de l’État. Nous avions par exemple dénoncé l’utilisation de fonds publics pour des emplois d’été qui ne servaient finalement qu’à promouvoir les intérêts de certaines communautés religieuses. Nous serions à l’aise d’étudier la question du statut d’organisme de bienfaisance, mais à court terme nous souhaitons prioriser d’autres mesures – comme la Loi 101 aux entreprises de juridiction fédérale, le droit de retrait automatique du Québec pour toute dépense dans ses champs de compétence et non-application du multiculturalisme au Québec – dans le peu de projets de loi que nous pouvons déposer à la Chambre des communes. »
  5. « Nous croyons fermement en la liberté d’expression, mais le discours haineux est la limite raisonnable imposée par nos lois à cette liberté. Nous sommes d’accords pour dénoncer le discours haineux. Nous considérons qu’il est illogique de donner des droits supplémentaires en fonction de la religion d’une personne. Nous serions favorables à considérer l’abrogation de cet article si – après une étude détaillée – il s’avérait que l’article 319 (3) b) permette effectivement une incitation publique à la haine. »
  6. « Nous estimons qu’une critique constructive de la religion – tant qu’elle ne tombe pas dans le racisme – est saine. C’était d’ailleurs notre propos lorsqu’un professeur a été assassiné par un islamiste en France pour avoir simplement montré des caricatures à ses élèves. Nous avions fermement dénoncé le fait que Justin Trudeau ait été incapable par la suite de défendre la liberté d’expression. Nous jugeons que critiquer légitimement une religion n’a rien à voir avec un discours haineux et nous dénonçons fermement tous les groupes qui tentent de museler la liberté d’expression. Le Bloc Québécois était le seul parti à prendre clairement position en faveur de la liberté d’expression et nous allons continuer de le faire à chaque occasion que nous aurons. »

Voir aussi :


Tagués avec : , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*